Un tournant de la vie

….pourtant je m’étais dit que je ne lirai plus de livre de Christine Angot.  Cependant le livre me faisait coucou chez mon bouquiniste (au prix fortement réduit) et le livre de György Dragoman « Le bûcher », actuellement sur ma table de nuit, n’étant pas une mince affaire (je le lis par petits bouts/chapitres), j’ai flanché un peu comme la narratrice qui revoit – après dix ans – de nouveau Vincent, le cœur serré… « les jambes coupées »….

9782081444218

182 pages d’une lecture facile (une longue soirée), à 3/4 en mode dialogue (une nouveauté chez cette auteure accro aux logorrhées (intérieurs et rétrospectives).

L’histoire du triangle amoureux présentée en quelques coup de brosse: Anna vit actuellement avec Alex (depuis neuf ans). Ils songent « même » à se pacser….Elle avait, il y a dix ans quitté Vincent pour Alex…. convaincue que la vie de couple n’était pas possible avec cet homme menteur pour la femme qu’elle était alors, manquant entre autre de confiance en elle. Alex, il est presque un double inversé de Vincent: gentil, attentionné, direct, amoureux, et attentif (et pas mal avec ses dreadlocks). Par ailleurs, il faudra pas oublier que Alex et Vincent travaillaient ensemble, étaient des amis. Ils ne se sont pas vus depuis ces 9/10 ans, et voilà Vincent souhaite retravailler avec Alex …  et recommence à faire le paon devant Anne, qui craque et se dit – en ritournelle constante de l’énumération des avantages de l’un et de l’autre – que c’est finalement avec Vincent qu’elle souhaiterait vivre. Notre cher Alex a des antennes bien dressées et sent que le vent tourne….. en plus il est jaloux (et fouineur observateur scrutologue du coup) … et perd de sa gentillesse…..Il dira « même » à Anne un jour : « Tu es une salope. Sale putain. Tu es une pute. Sale pute va. » (p. 109)

J’ai branché le téléphone au pied de mon lit. J’ai à peine dormi. J’ai entendu Alex rentrer. Il s’est couché dans sa pièce pour ne pas me réveiller. Vincent ne s’est pas manifesté. Le matin, en me levant, j’ai noté dans un petit carnet noir qui se trouvait sur ma commode : « Voilà c’est reparti. L’amour… le cœur qui bat, … la nuit sans fermer l’œil, le téléphone au pied de mon lit… l’impression de vivre, le sexe qui mouille… la peur. » (p. 40) 

Dans un premier temps j’ai pris presque plaisir de lire les dialogues, natures, fraîches (avant de rancir et perdre de leur intensité)… mais les trois personnages deviennent des marionnettes guidées par la plume de C. Angot, n’ont que peu d’épaisseur psychologique (à part les adjectifs sus-mentionnés, le côté désargenté d’Alex (qui semble être une raison sous-jacente pour rester avec la femme (« qu’il aime » …. combien de fois on lit comme dans un Harlekin la question » Est-ce que tu m’aimes…? »  « Oui/ Oui, mais ») et sont comme des pièces de Méccano pour une construction un peu désincarnée (et « mécanique ») que C. Angot semble presque vouloir saboter avec sa fin, qui donne le beau rôle amère à la narratrice.

Si on aime les retranscriptions de dialogues ou de textos, ou leur « réécriture » parfois dans leurs extrême banalité, parfois dans cet art que l’être humain a de dire le contraire de ce qu’il/elle pense, de mentir, de ne pas pouvoir parler… le livre est pour vous.

« Pourquoi tu me parles sur ce ton, on dirait que je t’agresse ? – Je te parle sur aucun ton. – Si, tu me parles sur un ton. Et c’est désagréable. On peut jamais parler de rien de toute façon. – Tu peux parler si tu veux. Moi je te dis que c’est pas à ça que je pensais. – Tu pensais à quoi ?… « (p 105/106 )

A part quelques passages d’une bien belle mauvaise foi assumée de la protagoniste qui se sent étouffer en présence d’Alex tout en rêvant d’une liberté avec Vincent….  j’oublierai ce livre très très rapidement….  Ce n’est pas ce type d’écriture qui me transporte (même si des situations/des dialogues de ce livre font écho) …..et dire qu’il y a des critiques qui encensent le livre (et parfois le comparent à du Marivaux…. (tzzzz))

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un tournant de la vie

  1. lebouquinivre dit :

    Bon… ta prochaine lecture te laissera sans doute un goût meilleur en bouche 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s