La chance de leur vie

133578_couverture_Hres_0

4e de couv’ de l’Editeur :

Hector, Sylvie et leur fils Lester s’envolent vers les États-Unis. Là-bas, une nouvelle vie les attend. Hector a été nommé professeur dans une université de Caroline du nord. Très vite, son charisme fait des ravages parmi les femmes qui l’entourent.
Fragile, rêveuse, Sylvie n’en observe pas moins avec lucidité les effets produits par le donjuanisme de son mari, tandis que Lester devient le guide d’un groupe d’adolescents qui, comme lui, cherchent à donner une direction à leurs élans.
Pendant ce temps, des attentats meurtriers ont lieu à Paris, et l’Amérique, sans le savoir, s’apprête à élire Donald Trump.
Chez Agnès Desarthe, chaque personnage semble suivre un double cheminement. Car si les corps obéissent à des pulsions irrésistibles, il en va tout autrement des âmes tourmentées par le désir, la honte et les exigences d’une loyauté sans faille.
Mais ce qui frappe le plus dans cet admirable roman où la France est vue à distance, comme à travers un télescope, c’est combien chacun demeure étranger à son propre destin, jusqu’à ce que la vie se charge de lui en révéler le sens.

On se croit, la 4e de couv’ en tête, dans un Campus-Novel de David Lodge, mais dès les premières pages il y a une petite note d’étrangeté en plus…. (Le fils Lester, très avancé pour son âge, veut qu’on l’appelle Absolom Absolom) … ce qui déroute un peu, puisque tout est inséré dans un monde ultra-réel ….

« Tout était si simple avant quand, elle ne faisait rien. Invisible, elle menait une vie dégagée de tout lien, presque sans matérialité »

Sylvie est (pour moi, l’homme) d’abord difficile à cerner, pour moi elle est, peut-être  comme son existence jusqu’alors un peu flou…. On sait d’elle qu’elle approche les soixante ans, qu’elle est devenue mère sur le tard, et que son mari l’appelle « « bébé » :  « Elle aime être sa petite, son bébé, cela lui permet de voyager à travers les âges, d’échapper aux classifications. Elle peut être à la fois la grand-mère de son propre fils, et le bébé de son mari. Elle ne s’est jamais sentie femme mûre, femme-femme. »

Son beau-père par contre l’appelle une « femme des cavernes »…. voyant en elle une de ses figures matrices préhistorique, genre :

1534925-statuette-calcaire-datant-environ-25

Son mari profitera (quelques semaines) de son « quart d’heure de gloire masculine » auprès de femmes américaines – ce qui a mon étonnement semblait peu toucher Sylvie –  puisqu’elle sera à jamais lié à son bonhomme à cause d’un col de chemise relevé…. (I’m kidding, mais ce col est un leitmotiv…)

Drôle de roman, intelligent, très bien écrit, passant d’un détail qui devient signifiant pour davantage à un autre qui restera énigmatique. Desarthe nous offre ainsi un roman multi-couche, à multiples entrées, parfois cruelle et ironique aussi, mais toujours bienveillante.

Ainsi on peut le lire comme une réflexion (savoureuse) sur le couple, sur la durée d’une relation et ces petits riens et grains de sable qui font grincer la machinerie auparavant si bien huilée et …. et auxquels s’ajoutent les événements tragiques (en occurrence l’attentat du 13 novembre au Bataclan dont, pour rappel, le bilan officiel des victimes faisait état de 130 morts et de 413 blessés !! ) qui, même si ils ont lieu loin, déclenchent des ondes sismiques….. On peut aussi le lire comme une piste de réflexion sur l’Art qui libère ou permet d’exprimer l’insondable… Le roman nous offre aussi des portes pour réfléchir sur les rapports enfants-parents…. sans oublier qu’on peut y trouver aussi une sorte de regard microscopique sur les différences USA-France à travers le prisme d’un microcosme universitaires….

Une belle découverte (et surtout une vraie écrivaine – suivez mon regard…)

 

 

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La chance de leur vie

  1. Elisa dit :

    Intriguant… Quelle a été ton émotion quand tu as eu terminé ce livre ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s