Soutien au cinéma français – Septembre 2022

Deux films français – qui sont très différents l’un de l’autre….

Une petite fantaisie qu’il faut prendre comme telle – adaptation (libre) d’une BD (de Pénélope Bagieu) avec Sarah Giraudeau en roue libre, mais attachante.

 Le teaser pour la BD disait :

« Tout va bien se passer… J’ai une adresse, des tickets de métro, un plan de Paris… D’ici une minute, tout va me revenir. » Une jeune femme se réveille dans Paris. Elle ne se souvient ni de son nom, ni de ce qui l’a amenée là. Son passé a disparu. Avec humour et sensibilité, Pénélope Bagieu et Boulet racontent sa quête d’identité.

Je ne la connaissais pas et suis allé en tant qu’accompagnateur ne m’attendais à rien, mais ne suis jamais rentré dans le film : pour moi S. Giraudeau en faisait trop, je n’arrivais pas à croire à cette histoire poético-philosophique avec un zeste de Amélie Poulain (ça se passe souvent à Montmartre), des personnages secondaires plutôt loufoques ou trop caricaturaux.

A la rigueur je l’aurais apprécié un dimanche après une rando k.o. sur mon canapé, là juste un petit air de « charmant » avec un côté presque surannée.

Un morceau plus dur à digérer le film de Claire Denis qui a reçu un Ours d’Argent à Berlin pour ce film avec les poids lourds que sont Juliette Binoche et Vincent Lindon (et Grégoire Colin – parfaitement ambiguë).

Un ex-taulard et ex-rugbyman vit un peu aux crochets d’une femme (depuis 7 ans env.). Elle avait à l’époque quitté son compagnon pour lui, l’ex-compagnon étant un ancien ami (et partenaire professionnel). Ce dernier va (re-)faire surface, la femme succombera de nouveau à lui et le film montre les conséquences tsunamiques.

Hymne à la liberté de la femme (toute la mise en scène joue avec les plans serrés, les cadrages, suggérant l’enfermement) et miroir parfait des affres de chacun. Qui a, de près ou de loin vu/vécu/entendu des situations similaires, ne pourra dire que les dialogues sont insipides – comme j’ai pu le lire – même si elles ont été écrites par Miss Angot.

Vincent Lindon et Juliette Binoche sont parfaits, crédibles (je me ferai peut-être buter par certains : mais il est pour moi actuellement un des meilleurs acteurs français pour ce type de rôle).

Le film commence magnifiquement (c’est sensuel !) : le couple est heureux et en vacances (parenthèse enchanteresse) …. tout ça ne sera que « dust in the wind »…

Les grains de sable que je n’ai pas aimé (ou pas compris) : Sarah (J. Binoche) travaille à RFI (passant à l’antenne des témoignages traitant du Liban, de la situation des noirs en France….- je n’ai pas vu le rapport avec son désir d’être libre) – le récit secondaire autour de la relation père-fils (Jean a un enfant d’une première union – métis – auquel il fait des leçons qui frisent le ridicule). Toutes les scènes autour de ces deux axes me paraissaient « inutiles »….

J’ai préféré (et adoré, parce que elles m’ont touché) les séquences traitant du rapport entre les deux (bientôt ex-amoureux), du désir de la femme (liberté, choix) et des tissus ou toiles de mensonges qui empoisonnent tout. Les disputes n’avaient rien à envier celles de « Jusqu’à la garde« …..

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Soutien au cinéma français – Septembre 2022

  1. princecranoir dit :

    Je ne sais s’il y a du Jean GirodOUx chez Sara GirodEAU, mais j’ai trouvé cette confusion adorable, comme semble l’être ce petit film léger et sans conséquence.
    Evidemment, avec Claire Denis, on touche un autre niveau, forcément plus grave, voire plus pesant. Grand écart des sentiments qui nous permet de choisir à loisir.

    Aimé par 1 personne

    • lorenztradfin dit :

      Ouhlala – Merci mon cher …. je changerai illico presto (même si c’est « adorable » – comme quoi, tout à l’heure j’ai fait un concours de fabrication de confiture avec ma compagne (prunes – avec des durées de cuisson TRES différents et le rajout de ma part de canelle) …mais les étiquettes portent tous une fôte j’ai écrit « prûnes » ….le français n’est pas facile…..

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s