La voix humaine

Marguerite_affiche

… un ange qui passe…..Voix d’ange, voix sublime, graveleuse ou rocailleuse, rêche, stridente, suave ou de velours…. et j’en passe … La perception de la qualité vocale est subjective. D’un individu à un autre, la perception de la qualité d’une voix sera différente. Elle va dépendre de l’expérience, du vécu de chacun, des référents que chacun a dans la tête. Ainsi, nous n’entendons pas forcément la même chose : certains seront plus sensibles à la mélodie d’une voix, certains plus au timbre, certains plus à son adéquation avec le contexte….http://www.gipsa-lab.grenoble-inp.fr/~nathalie.henrich/qualitevocale.htm

On peut aussi percevoir une voix qui chante « faux ». Francis Marmande, écrivain, critique de musique et musicien à écrit un jour dans un magnifique article poético-critique ( Les Chaudrons au tableau!)

«On dénombre dix-sept manières différentes de chanter « faux », toute une sémiotique. Le seul point commun de ceux qui chantent faux comme des chaudrons, c’est qu’ils aiment chanter. Cette passion du faux confond. »

marguerite_event

Oui, il a raison, on peut prendre son pied avec la voix…..

On est donc souvent rempli de trouble, ne savons pas quoi penser, tiraillé peut-être entre un rire et ou une gêne quand on entend un bonhomme ou un petit bout de femme chanter faux, spectaculairement à côté de la plaque, braillant des airs pas fait pour elle (alto -Mezzo- soprano confondu …) tout en affichant le sourire du/de la passionné, éclairé par une joie profonde quasi orgasmique de don de soi-même……

Je viens de voir le film « Marguerite » de Xavier Gianolli avec C. Frot, toile qui était censé me divertir (comédie…., ) – et j’en suis plutôt sorti triste, mélancolique, perplexe et confondu …. Un peu certainement pour la durée inexplicablement trop longue du film (et quelques scènes de remplissage et d’utilisation d’un budget certainement très important pour la peinture d’une époque – années 1920).

Le Paris des années 20. Marguerite Dumont est une femme fortunée passionnée de musique et d’opéra. Depuis des années elle chante régulièrement devant son cercle d’habitués. Mais Marguerite chante tragiquement faux et personne ne le lui a jamais dit. Son mari et ses proches l’ont toujours entretenue dans ses illusions. Tout se complique le jour où elle se met en tête de se produire devant un vrai public à l’Opéra. (Synopsis de allocine)

catherine_frot Photo-6-Marguerite-e1442587506123

Loin d’un biopic du modèle de l’héroïne  Florence Foster Jenkins (une richissime américaine qui dès 1912 a donné des récitals et a gravé des disques malgré un évident manque de voix)  (« Les gens pourront toujours dire que je ne sais pas chanter, mais personne ne pourra jamais dire que je n’ai pas chanté« ) – c’est par ailleurs S. Frears qui semble travailler sur un « vrai » biopic de cette femme avec Meryl Streep) …. –Gianolli nous montre Marguerite en mélomane amoureuse de son mari volage, femme (certainement un peu toquée aussi) qui souffre et se transformera en martyre s’approchant d’un abîme….poussée par un entourage qui ne lui dit pas (par intérêt, par amour, par méchanceté) qu’elle est complètement à côté de la plaque, avec cet organe de casserole….

marguerite-une

Je m’attendais à une comédie et comprenais rapidement que ce serait une tragédie plutôt. Toutefois une tragédie diluée. Au lieu de centrer le film sur la seule Marguerite et le plaisir de chanter, de montrer sa « liberté » et le plaisir (envers et contre tous) que lui offre le chant, Gianolli nous rajoute une multitude de personnages qu’on perd souvent de vue et/ou qui resurgissent en cours d’histoire sans pour autant faire avancer le tout d’un cm….

Les seuls moment de comédie (pour moi) seront ceux avec le con-génial sera Michel Fau (au moins dans une scène d’anthologie : il joue un chanteur d’opéra en fin de carrière (son air de Bajazzo fait pleurer Marguerite -et on peut la comprendre….)  qui fait une « audition » de Marguerite pour « décider »

https://www.youtube.com/embed/bbTWJTK2oCs« >

si oui ou non il lui donnera des cours …. son impassibilité et léger effroi – imperceptible haussement des sourcils, regard connivent avec le pianiste… en entendant la voix « de casserole » … sont à se tordre…. comme sont les scènes des cours qu’il prodiguera et ses conseils et/ou remarques toujours à double sens (on peut les entendre comme positifs ET négatifs) ….

Somme tout un film assez décevant dont le sujet aurait mérité mieux ….. mais on entend de beaux airs classiques (pas chantés par Marguerite ) ==> liste de la BO (extraits) :

Come ye sons of art (King Arthur, Z. 723 – Henri Purcell)
Duo des Fleurs (Lakmé – Léo Delibes)
Air de la Reine de la Nuit (La Flûte Enchantée – Wolfgang Amadeus Mozart)
Sonate en trio en Sol Mineur RV 74 – Allegro (Antonio Vivaldi) – Le Quatuor Purcell
Prélude et Fugue en do dièse mineur, BMW 849 (Le Clavier bien tempéré) (Jean Sébastien Bach) – Frédéric d’Oria Nicolas
Sonate en Ut Majeur RV 754 – Allemande (Antonio Vivaldi)
Voi che sapete (Les Noces de Figaro) – Virginie Gattino (vcl), Delphine Dussaux (p)
Prélude en mi Majeur, BWV 878 (Le Clavier bien tempéré) (Jean Sébastien Bach) – Pierre Chalmeau
Habanera (Carmen) (George Bizet) – Virginie Gattino (vcl), Delphine Dussaux (p)
Casta Diva (Norma) (Vincenzo Bellini)
Fugue de la Toccata en ré mineur, BWV 565 (transcription Leopold Stokowski) (Jean Sébastien Bach/Leopold Stokowski)
Sérénade N°10 K 361: Adagio (Wolfgang Amadeus Mozart) 

et C. Frot nous donne à voir un personnage attachant….. Un peu plus court, plus centré sur un trio ou quatuor de personnages … le films aurait gagné en peps …

Une critique désastreuse :

http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/marguerite.html

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La voix humaine

  1. CultURIEUSE dit :

    Merci, je n’avais pas vraiment l’intention d’y aller, mais là, c’est sûr.

    J'aime

  2. Silvia Brügelmann dit :

    Bonjour Bernard,
    j’avais vu la bande annonce de ce film, et je trouvais ce que j’entendais tellement affreux, ça me tordais les boyaux et insultait mes oreilles, que j’ai décidé sur le champ que je n’irais pas voir ce film pour éviter de m’infliger cette torture.
    Bonne occasion pour aller écouter ma grand-mère Hedy Iracema-Brügelmann dont un des rares enregistrements, fait en 1912, nous est parvenu:
    http://www.iracema-brugelmann.de/
    D’autres enregistrements d’il y a 100 ans:
    http://www.iracema-brugelmann.de/deutsch/musik/tonaufnahmen/

    C’était la minute de pub 😉
    amitiés, Silvia

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s