Les huit montagnes & Le otto montagne

Vu en avant-première à Grenoble dans le cadre du festival du cinéma italien (Festival Dolce Cinema) qui cette année présente des films sur des vies qui s’étirent et les sillages qu’elles creusent dans la mémoire des uns et des autres. Le film a reçu à Cannes (en 2022) le prix du jury.

Il s’agit de l’adaptation du roman éponyme de Paolo Cognetti qui avait reçu en 2017 le Premio Strega (disons le Goncourt italien) ainsi que le Prix Médicis étranger – et que j’avais lu avec plaisir à l’époque (ici). C’est Felix Van Groeningen (Alabama Monroe) et sa compagne Charlotte Vandermeersch qui ont réalisé ce film de 2h27, durée qui pour certains de notre groupe (nous y sommes allés à 8 pour pouvoir discuter au prochain Club de lecture de l’adaptation d’un roman pour le grand écran) aurait pu être raccourci.

Je craignais d’après les échos lors du festival de Cannes que le film serait trop « bôôô », Télérama parlait de Europudding avec des images des montagnes troppo bello, mais que nenni. Pas de sublimation supplémentaire. Le choix d’un cadre carré [4:3] (genre « Mommy » sans toutefois s’ouvrir à un moment comme chez X. Dolan) de la part des réalisateurs recentre tout sur les personnages et renforce le caractère introspectif du film (qui respecte ainsi celui du roman). Narration plutôt linéaire, avec cependant des sauts parfois surprenants dans les scènes, on passe sans crier gare d’un moment de la vie à un autre, c’est elliptique à souhait et suit l’introspection du narrateur du livre.

Pietro, après avoir refusé dans son adolescence de suivre son père sur les cimes, y revient, adulte, et lit les phrases de son père marquées dans les livres des randonneurs, cachés sous les pierres.

Parfaitement réussi à mon avis cette mise en images du livre et de ses questionnements (quête de soi, relation père/fils, amitié entre deux hommes que tout semble séparer – Bruno est né dans le Val d’Aoste, Pietro vient de Milan), hymne à la nature, vie citadine vs vie proche de la nature, recherche du bonheur). Et de plus il restitue extrêmement bien la mélancolie sous-jacente du livre (auquel il est parfaitement fidèle) et on sort, sans y être vraiment préparé, ému pour retrouver la vie en dehors. Même si on a lu le livre comme moi. L’écriture poétique d’une grande puissance évocatrice de Cognetti a trouvé une belle traduction en images.

Aidé par cela par ailleurs par la musique (neo folk) du suédois Daniel Norgren (une bonne partie de la musique vient de son album « Alabursy »). Elle m’a d’abord un peu gêné – elle est en anglais et les acteurs parlent le patois de la vallée d’Aoste ou de l’italien & elle est assez sirupeuse – donc je l’ai ressenti comme une idée contreproductive mais après coup je vois que les textes ont a voir avec la « nature » (p.ex. why may I not go out and climb the trees…ou valent surtout pour la mélancolie de l’ensemble comme dans As long as we last : I hear the old folks when they say ‘It’s funny how time slips away’ I hear the old folks when they say ‘Days getting shorter every day’ Come here now And let it come fast Come here now As long as you last https://youtu.be/fqkegW2FEjs)

Le film sortira sur nos écrans à priori le 21 décembre 2022.

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, Livres, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Les huit montagnes & Le otto montagne

  1. Matatoune dit :

    Voilà un film à découvrir !

    Aimé par 1 personne

  2. princecranoir dit :

    Dès qu’il y a des montagnes à gravir, le randonneur se pose là. 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Un film trop « booo »? La beauté est une qualité pourtant…

    Aimé par 1 personne

  4. lorenztradfin dit :

    ‘Trop booo’ = image de catalogue de pub pour le bureau de tourisme du coin…. genre papier glacé….

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s