La femme au manteau bleu

Lecture de vacances – après deux livres (pavés-pamphlets) dont je parlerai plus tard (lus dans le cadre du Prix Caillé).

Trouvé en Folio Policier « Die Vrou in die Blou Mantel » de Deon Meyer (traduit par Georges Lory), qui pour ce court roman (en folio 162 pages aérées) a certainement préféré rendre à l’Editeur un roman-esquisse ou « nouvelle » policière pour mieux pouvoir s’occuper de sa vigne à Stellenbosch.

Une sorte d’apéritif lecturien pour nous offrir un joli pavé plus tard….?

Présentation de l’Editeur (Gallimard)

Le corps, soigneusement lavé à l’eau de Javel, d’une Américaine experte en peinture de l’âge d’or hollandais a été abandonné sur un muret au panorama du col de Sir Lowry, à soixante kilomètres du Cap.
Benny Griessel et Vaughn Cupido, tandem choc de la brigade criminelle des Hawks, se demandent ce qu’elle était venue faire en Afrique du Sud. Personne, dans son entourage, ne semble au courant. Mais lorsqu’ils découvrent que son travail consistait à localiser des tableaux disparus, et qu’elle avait contacté un professeur d’histoire retraité ainsi qu’un détective privé, des pistes inattendues s’ouvrent à eux…

Certes, il y a les ingrédients : une femme assassinée, des fausses pistes, des bribes sur la vie privée des personnages tel que Benny Griessel (personnage récurrent) vraiment sur le chemin de s’assagir (et d’aimer), quelques clins d’œil à la situation en Afrique du Sud (rapidement brossés) et, chose nouvelle, une incursion dans le monde de l’Art [j’avais pensé/esperé trouver qqchose du genre « Le Tableau du Maître flamand » de A. Perez-Reverte ou aussi sans que celui-ci soit situé dans les contrées du policier : « Hérétiques » (Padura) ] ….

On sent les recherches documentaires qui relient le présent sud-africain avec le passé hollandais, mais tout m’a semblé un peu « succinct », « esquissé » … et les « excursions » au 17e siècle (Vermeer – et Carel Fabritius – dont on connait surtout « Le Chardonneret » – et dont, dans le roman, un tableau (« la femme au manteau bleu ») est apparu en Afrique du Sud…..

Ca se lit en trois heures environ, sans déplaisir mais sans battement de cœur, ni d’empathie – on peut mettre ses neurones en stand-by, ça coule, lecture de pool ou de plage qu’on oubliera illico-presto.

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Art et peinture, Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La femme au manteau bleu

  1. princecranoir dit :

    Oh, mais en voilà une coïncidence !
    Non, je n’ai pas lu ce roman, c’est plutôt l’image qui illustre ton article qui pique ma curiosité. Le tableau devrais-je dire, car c’est un chef d’œuvre au mystère palpable. J’ai pu contempler ce Vermeer droit dans les yeux (enfin, façon de parler puisque la dame est de profil), à Amsterdam, il y a peu. Toute une histoire aussi que celle qui se cache dans cette lettre…

    Aimé par 1 personne

  2. Bibliofeel dit :

    J’ai de bons souvenirs avec Deon Meyer alors pas besoin de tout gâcher avec celui-ci…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s