Thésée, sa vie nouvelle – Sélection du Livre Inter 2021

Lu dans le cadre du Prix du Livre Inter 2021 – et surtout de notre Club Shadow Cabinet qui va se réunir le 6 juin pour débattre des 10 livres.

« et cette enveloppe que nous appelons Corps que nous revêtons, soignons et vénérons, n’est rien qu’une cristallisation de liens qui peuvent dans l’exil, la vieillesse ou l’accident se dissoudre » (p. 10)

Présentation de l’Editeur

En 2012, Thésée quitte « la ville de l’Ouest » et part vers une vie nouvelle pour fuir le souvenir des siens. Il emporte trois cartons d’archives, laisse tout en vrac et s’embarque dans le dernier train de nuit vers l’est avec ses enfants. Il va, croit-il, vers la lumière, vers une réinvention. Mais très vite, le passé le rattrape. Thésée s’obstine. Il refuse, en moderne, l’enquête à laquelle son corps le contraint, jusqu’à finalement rouvrir « les fenêtres du temps »…

D’abord réticent face aux mélanges de poésie, récits, réflexions autour du suicide d’un frère et le poids de l’histoire (et non-dits/mensonges) d’une famille (des photos et lettres tirées de cartons d’archives à l’appui), je me suis laissé embarquer pendant un moment et dériver dans le dernier tiers sans toutefois pouvoir m’intéresser aux « modifications de l’expression de nos gènes en fonction des traumas passés » – et pourtant, la langue lancinante et labyrinthique de Camille de Toledo est belle.

un père dénoue seul la corde à laquelle son fils s’est pendu, je suis dans un taxi qui traverse le fleuve, j’ignore tout de ce qui est en cours, mais le message sur mon répondeur dit de me dépêcher, et c’est une voix de terreur, celle du père; à peine sorti du taxi, je cours, je tape un code, ne me souviens plus; la pendaison est un acte archaïque, ce n’est pas un saut par la fenêtre, la corde vient du passé, je devrai y revenir; mais pour l’heure, je m’engouffre dans l’escalier, les marches sont usées, au deuxième la porte est ouverte, je vois le père assis; dans l’angle, le frère allongé …..(p. 15)

Un livre qui a mon avis va partager les lecteurs (cela ne m’étonnerai pas qu’il se trouve dans le top 3 de bon nombre de membres du jury – mais ce n’était pas mon cas). Soit on se sent concerné et embarqué par la musique mélopée-enne des flux de mots/maux, soit on reste loin dehors, devant la porte, butant sur l’intellectualisation abyssale et/ou torrentielle autour de la culpabilité… (la corde vient-elle du passé??) et/ou les réflexions sur la synchronicité et les lapsus du temps.

« L’essentiel tourne autour de ce que j’y ai compris du suicide, de ce que le suicide m’a offert comme matière à penser... » – dit de Toledo vers la fin du livre, mais il y a aussi des réflexions sur les racines juives, sur le capitalisme à visage humain, des questions sur l’écologie sont soulevées… – on ne sait plus dans quel registre littéraire on se trouve… parfois c’est un atout, pour moi non.

en sortant du cimetière après l’enterrement de Jérôme – ou était-ce après la mort de la mère, du père ? – une vieille s’était approchée de Thésée pour lui confier qu’après le décès de son enfant, elle avait noué une conversation avec lui ; la vieille lui conseilla d’en faire autant ; elle ajouta, confiante, qu’elle n’hésitait plus à demander de l’aide à son fils décédé ; on peut faire ça, elle lui dit, ce n’est pas une honte de demander de l’aide aux morts ; et Thésée sourit, car il était encore, à cette époque, un moderne ; mais depuis que son corps l’a mis par terre et faute de trouver une explication médicale raisonnable, il a dû s’ouvrir aux savoirs improuvés ; se tourner, à sa manière, vers la foi, vers le mystère ; et maintenant, alors que le soleil décline derrière les montagnes et qu’une ombre enveloppe le haut du cimetière, il se met à parler à Jérôme comme s’il était là… alors, il dit, tu m’entends ? je t’entends, répond son frère mort
(p.189-190)

B

Curieux je suis maintenant de l’accueil réservé à ce livre par mes amis lecteurs du Shadow Cabinet… et, je me répète, je ne serai pas surpris de voir ce livre dans le Top du/des jurys. Il y a bcp de passages qui permettraient à un bon orateur et bon nombre de passages à l’appuie de couronner ce livre au 3e tour. [Il se trouvait déjà sur pas mal de listes de prix à l’automne de 2020 avec une nuée de critiques professionnels enthousiastes ]

L

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Thésée, sa vie nouvelle – Sélection du Livre Inter 2021

  1. CultURIEUSE dit :

    Ce nom, Thésée, veut-il signifier qu’il va vaincre son propre Minotaure et sortir du labyrinthe de son marasme?

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Liste des 10 livres en compétition du Livre Inter 2021 | Coquecigrues et ima-nu-ages

  3. Ping : Livre Inter 2021 – Shadow Cabinet | Coquecigrues et ima-nu-ages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s