Lectures de vacances – « Missing: Germany »

Traduit de l’anglais par Philippe Loubat-Delranc

Lecture fast-food d’un auteur que je suis depuis ses 1eres œuvres (19 traduites pour le moment, si je ne me trompe pas), juste ce qu’il me fallait pendant les vacances…. genre (tu rates une ligne parce que ton petit-fils veut te montrer comment il sait sauter sur le tremplin ou comme il est beau le coquillage, ce n’est pas grave).

Le site Babelio présente le roman ainsi :

En Irak, Charles Sprague a sauvé la vie de Frank Decker. Aujourd’hui, l’heure est venue pour Frank de prouver sa reconnaissance : Kim, la superbe, la parfaite épouse de Charles, s’est volatilisée dans un luxueux centre commercial de Miami. La spécialité de Frank, c’est de retrouver les personnes disparues. Pour récupérer Kim, il sillonne l’Allemagne, où une bande de mafieux ukrainiens tient un florissant réseau de call-girls. Au fil de sa quête, sa loyauté envers Charles est mise à rude épreuve : son ami milliardaire ne fréquente pas seulement la jet-set, mais aussi des gangsters. Et Kim n’est pas forcément l’ange blond que l’on croyait. Il y a de la trahison dans l’air. Reste à savoir qui est le vrai traître… 

Un certain mélange de Jack Reacher et de Harry Bosch, Franck Decker que nous avons rencontré la 1ere fois dans « Missing: New York » que je trouvais « décevant », est un homme tiraillé, sombre, divrocé (mais encore là pour sa femme) et (peut-être) en train de tomber amoureux de Laura Delgado. Avec l’arrivée de cette femme-flic, le (nouveau) roman, décrit un peu mieux Franck Decker, le rend plus « épais »….

Ça reste toutefois un petit thriller, loin des épiques Cartel, Griffe de chiens ou autres Frontière, neanmoins Don Winslow distribue de temps en temps de petites gifles à gauche et droite sur le système carceral aux USA :

« J’ai vu pas mal de choses dans les couloirs de la mort. Il y en a une que je n’ai encore jamais vue : c’est un homme blanc et riche. » ou

« Cela étant dit, il y a pire qu’une exécution. Être un Noir derrière les barreaux à Raiford par exemple. »

La Nocturne N° 1 de Chopin nous accompagne – c’est le morceau que la disparue aime jouer…

C’est vivant, passe cette-fois-ci par les bordels allemands, et offre pas mal de petites scènes « d’action » qu’on peut facilement visualiser cinématographiquement. Mais ça reste une petite série B qu’on oublie rapidement tout en espérant qu’il y aura un jour un 3e opus d’une série Decker…..je ne me refais pas.

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s