Soutien au cinéma français – Septembre 2020

Malgré l’obligation de porter un masque dans les salles obscures, j’ai opté pour un soutien du cinéma français. Deux projections :

Effacer l’historique (film de Gustave Kervern et Benoît Delépine)

Effacer l'historique", le film de Delépine et Kervern qui s'en prend aux  Gafam - Les Numériques

Légère déception devant ce film un peu fauché mais auréolé d’un Ours d’Argent au dernier festival de Berlin – comme le sont les protagonistes très gilets jaunes sur les bords. Les trois larrons sont trois voisins d’un lotissement (dans un nowhere-land en province (proche d’une zone commerciale et un rond-pont).

Tout y passe – on dirait un pamphlet politique – dans cette comédie qui ne fait pas rire (ou si, très très jaune gilet).

Chômage, chantage à la sextape, harcèlement sur les réseaux sociaux, surconsommation et sur-endettement, cours aux « likes » (ou bonnes notes sur l’appli d’unn VTC très ubérisant), solitude, entre-aide, solidarité, la presque apoplexie d’un livreur (genre UberEat) ….

C’est une photo grise de notre époque et de l’emprise de plus en plus grande des GAFA sur notre vie.

Sans nuance, tous sujets traités au même niveau, un catalogue, une saynète de tout ce qui va mal dans la société (sachant que nos trois « héros » (très ordinaires) ne brillent pas d’une conscience très affûtée (de leur bêtise) de l’absurdité de leur situations.

Blanche Gardin fait du Blanche Gardin, Miss Masero est telle qu’on la connait, Denis Podalydès essaie de complexifier son rôle…

Le film est une sorte de réveil anti monde 2.0 enfilant les instantanés (anecdotes comme dans un film à sketches) et se terminant avec une lutte de Don Quichotte contre les GAFA perdu d’avance.

En sortant de la salle juste le sentiment que la communauté des « Gilets Jaunes » (de base) est vraiment quelque chose que les hommes et femmes politiques devraient prendre en compte.

2,8/5

Les Adolescentes (documentaire de Sébastien Lifshitz)

L’affiche et le film – excellent – m’ont (vive le marketing !) illico presto rappelé l’extraordinaire « Boyhood » de Linkater (2014) – qui, lui, a filmé les mêmes acteurs sur une période de 12 ans !)

Sébastien Lifshitz (vous vous rappelez « Les invisibles » ?) nous propose un docu-portrait sur deux filles de Brives dont il a filmé des scènes de vie entre l’âge de 13 et 18 ans (le bac). Le film dure 2h15 (mais on ne les voit pas passer !!!) et on passe par tous type de sensation (et surtout on rit aussi – pas un seul dans la salle pour « Effacer l’historique » et là parfois un éclat, un rire perlant de siège en siège ….

Reflet d’une vie de province non-caricaturale, on observe deux filles de milieu social différents : Anaïs, la fille en surpoids, est la plus mal lotie (mère femme au foyer, dépressive, frère handicapé, appart…) mais garde toujours un optimisme communicatif (on ne peut tirer le chapeau devant la « réussite » de sa vie contre vent et marée….) – Emma, d’un milieu « privilégié » (mère contrôleuse au fisc, père commercial – maison, jardin…) est plus introvertie, renfermée dirait d’autres….

Amies d’enfances la scolarité va les séparer – au moins pour la vie à l’école – après la 3e…. Bac pro pour l’une, bac littéraire pour l’autre.

Adolescentes (2020)

Sébastien Lifshitz a réduit 500h de rushs pour nous proposer un tapis de tranches de vie, avec des moments d’une justesse éblouissante… On reste bouche bée devant l’effacement de la caméra dans des moments cruciaux (ahh le moment ou Emma montre à l’écran à sa mère – de mon point de vue quasi-toxique et trop présente) que l’option qu’elle voulait (elle!) dans Parcoursup avait marché, qu’elle était prise mais qu’elle était en liste d’attente dans les prépas dont la mère rêvait…. Ou les discussions sur le « à quand – et avec qui faire l’amour pour la 1ere fois ?! » d’une fraîcheur à couper le souffle…

A partir du milieu du documentaire on suit les 2 filles en parallèle, peu de scènes avec les deux dans le /au même plan…. et à la fin un moment avec les deux, chacune au seuil d’une nouvelle vie (post-bac) lucide, sans illusions …. très fort.

Franchement – c’est un film qui mérite le détour !

4,5/5

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Soutien au cinéma français – Septembre 2020

  1. CultURIEUSE dit :

    Une raison de retourner au cinéma!?

    Aimé par 1 personne

  2. María dit :

    Effacer l’historique, je ne comprends pas les critiques, je n’ai pas de tout aimé, ce n’est ni drôle ni fin ni bien joué ni… Bref !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s