Der andere Mann – L’autre Homme – (K. Tucholsky)

Pour commencer l’année – un poème allemand (de Kurt Tucholsky

C’est une amie FB qui a posté une vidéo (dans lequel une femme récite ce poème – ordinairement dit par des hommes – youtube fourmille de versions « masculines »). Occasion pour mettre (de nouveau) en ligne trois morceaux de musique que j’aime bcp pour bien commencer l’année en mode mineur.

Le premier pour le « bon danseur » évoqué dans le poème :

Du lernst ihn in einer Gesellschaft kennen.
Er plaudert. Er ist zu dir nett.
Er kann dir alle Tenniscracks nennen.
Er sieht gut aus. Ohne Fett.
Er tanzt ausgezeichnet. Du siehst ihn dir an …
Dann tritt zu euch beiden dein Mann.

Und du vergleichst sie in deinem Gemüte.
Dein Mann kommt nicht gut dabei weg.
Wie er schon dasteht — du liebe Güte!
Und hinten am Hals der Speck!
Und du denkst bei dir so: « Eigentlich …
Der da wäre ein Mann für mich. »

Ach, gnädige Frau! Hör auf einen wahren
und guten alten Papa!
Hättst du den Neuen: in ein, zwei Jahren
ständest du ebenso da!
Dann kennst du seine Nuancen beim Kosen;
dann kennst du ihn in Unterhosen;
dann wird er satt in deinem Besitze;
dann kennst du alle seine Witze.
Dann siehst du ihn in Freude und Zorn,
von oben und unten, von hinten und vorn …
Glaub mir: wenn man uns näher kennt,
gibt sich das mit dem happy end.
Wir sind manchmal reizend, auf einer Feier …
und den Rest des Tages ganz wie Herr Meyer.
Beurteil uns nie nach den besten Stunden.

Und hast du einen Kerl gefunden,
mit dem man einigermaßen auskommen kann:
dann bleib bei dem eigenen Mann!

 

J’en propose ici une trad’ pour compréhension – sans toutefois essayer de rendre les rimes (ci-dessous) …

J’invite mes ami(e)s traducteurs/-trices de m’aider à faire swinguer ces lignes légères dans le style des années 20 Berlinois – je serai preneur de toute proposition pour un work in progress :

Tu le rencontre lors d’une soirée.

Il maîtrise l’art de la conversation. Il est gentil avec toi.

Les noms des grands champions du tennis, il peut te les citer.

Il est beau, n’est pas gras.

C’est un excellent danseur. Tu le dévores des yeux …

Puis votre mari se joint à vous deux.

 

Et tu les compares les deux.

La cote de ton mari en prend un coup.

La façon dont il se tient là… Mon Dieu.

Et regarde un peu l’épais collier au cou !

Et tu te dis : « Eh ben ! …

« Et si cet autre pouvait être mien. (je serai certainement mieux dans les bras de l’autre) »

 

Madame, Madame*… Écoutez un père …

un vrai de la vieille école !

Si tu l’avais ferré cet homme (que tu désire): dans un an ou deux

tu te (re-)trouveras dans la même situation !

Tu connaîtrais alors les variations et nuances de ses câlins ;

tu l’aurais vu en slip;

il ne fera plus d’effort en ta présence;

tu connaîtrais alors toutes ses blagues.

Tu l’auras vu en mode joyeuse et furieux aussi,

Des pieds à la tête, sous toutes les coutures…

Crois-moi, quand tu nous connaîtras mieux, nous les hommes, tu peux oublier le happy-end.

Dès fois, nous pouvons être charmants, lors d’une fête…

le reste de la journée, nous sommes comme M Tout-le-Monde.

Quelques belles heures ne suffisent pas pour étayer ton jugement.

Et si par hasard tu trouves un mec,

avec lequel tu t’entends (avec lequel tu arrives à t’arranger à peu près) raisonnablement bien :

Alors reste avec celui-là!

****************

Pour info (qui manque pas de piquant) : Tucholsky était – selon ses biographes – un « érotomane incapable de nouer une relation stable » (« beziehungsunfähiger Erotomane » dont la 1ere épouse (il était marié 2 fois) disait : 

« Quand j’étais obligé d’enjamber les demoiselles pour dormir dans mon lit, j’ai divorcé »  « Als ich über die Damen wegsteigen musste, um in mein Bett zu kommen, ließ ich mich scheiden« 

****************

*******************

*J’ai mis « Madame, Madame » puisque j’entends dans cet appel la voix blessée de P. Leotard qui s’adresse à une femme qui « rêve trop »

 

En mode miroir – et plus triste : « The other woman » (Nina Simone) 

****************

 

Je vous souhaite une belle année 2020 !

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Divertissement, Musique, Traduction, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Der andere Mann – L’autre Homme – (K. Tucholsky)

  1. CultURIEUSE dit :

    On a tou.te.s des périodes d’érotomanie, il me semble. Le désir et l’amour sont deux choses différentes. C’est le temps et la durée qui les mêlent. Voilà ma théorie à 2 balles…belle année!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s