Manifesto

Sélection du Livre Inter 2019

Manifesto de Léonor de Récondo

Manifesto

Je n’ai encore jamais lu de Léonor de Récondo (écrivaine et violoniste). C’est son 5e (?) livre.

violon en étui

Un texte d’une douceur mélancolique, sensible, et poétique… :

Présentation de l’Editeur (Sabine Wespieser) :

« Pour mourir libre, il faut vivre libre. » La vie et la mort s’entrelacent au cœur de ce « Manifesto » pour un père bientôt disparu. Proche de son dernier souffle, le corps de Félix repose sur son lit d’hôpital. À son chevet, sa fille Léonor se souvient de leur pas de deux artistique – les traits dessinés par Félix, peintre et sculpteur, venaient épouser les notes de la jeune apprentie violoniste, au milieu de l’atelier. L’art, la beauté et la quête de lumière pour conjurer les fantômes d’une enfance tôt interrompue.
Pendant cette longue veille, l’esprit de Félix s’est échappé vers l’Espagne de ses toutes premières années, avant la guerre civile, avant l’exil. Il y a rejoint l’ombre d’Ernest Hemingway. Aujourd’hui que la différence d’âge est abolie, les deux vieux se racontent les femmes, la guerre, l’œuvre accomplie, leurs destinées devenues si parallèles par le malheur enduré et la mort omniprésente.
Les deux narrations, celle de Léonor et celle de Félix, transfigurent cette nuit de chagrin en un somptueux éloge de l’amour, de la joie partagée et de la force créatrice comme ultime refuge à la violence du monde.

Ernest (Hemingway) et « sa » Martha (ce qui m’a rappelé le (beau) livre de Naomie Wood – Ms Hemingway – lu en 2017)

Félix est en train de mourir. Je ne connaissais pas cet artiste – et Leonore, sa fille, ne parle pas de ses œuvres, laisse juste parler parfois son père de son atelier, de ses dessins et d’un violon qu’il fabrique pour elle…,

Felix_de_Recondo_1000px_7251

Pas de phrases tire-larme pour ces 24h auprès du lit d’un mourant (accompagné par Cécile, sa mère » dont elle dit que « Lire me sauve, me disait-elle. Je m’évade ailleurs, loin de l’hôpital en étant à côté de lui. Quand elle n’avait plus rien à lire, elle allait à la supérette sur le trottoir d’en face, boulevard de l’Hôpital, pour ne pas trop s’éloigner, et elle prenait ce qu’il y avait, peu de choix, mais c’est une question de vie, tu comprends ! Pas de mort, mais de vie, me précisait-elle.«  (p. 91) )

Juste un va-et-vient de chapitres (courts) entre les moments auprès de son père et un « dialogue-monologue » entre  Ernest(o) Hemingway et Felix Récondo dans lequel les deux s’échangent sur leurs destins, un peu sur les femmes qu’ils ont aimé, la guerre… une sorte de Duo en la-mineur (violon-piano (?) comme je les affectionne (parfois)

« Les Fantômes reviennent parfois la nuit, Ernesto. Le jour, je vis, je crée, je ris, je n’y pense pas, je mets de côté. La nuit, souvent je m’endors, j’arrive à passer outre. Mais parfois, c’est là………quand la douleur est trop intense, je pense à la vie qui se poursuit, à Léonor, sa peau, son sourire, ses mains. La vie, la beauté, l’art, tout ce qui me permet d’oublier, par intermittence, l’abîme, la souffrance et la mort. » (p. 173-74)

Une souffrance, la plaie de sa vie à lui, est la mort prématurée de 3 enfants (Dominique, Raphaël  et Frédéric).

Texte « dégraissé » d’une belle simplicité – mais plus complexe que cela en a l’air – qui laisse du temps au lecteur de s’évader lui-même en pensée vers ce qui nous attendra tous un jour et qui mélange parfaitement l’art, la musique, la vie, la mort, l’amour, la tendresse…. Il faut juste tendre l’oreille dans le grand vacarme de l’actualité.

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Manifesto

  1. Ping : Livre Inter 2019 – Liste de la sélection | Coquecigrues et ima-nu-ages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s