Les huit montagnes

Un petit intermède littéraire – avant de poursuivre Le Voyage dans le Nôôôrd…..

DSC_0240

Nevache en août 2013

« Qui descendrait, s’il avait le choix ? » (p. 232)

 Lu le Prix Medicis Etranger 2017 de Paolo Cognetti – traduit par Anita Rochedy – dans le cadre de ma participation au jury du Prix Caillé. Le livre se trouve dans « notre » short-list. Je ne parlerai pas de la traduction ici, et toute opinion sera personnelle et n’exprimera en rien l’opinion du jury. Le livre faisait partie de mon « arsenal » de lecture de vacances (aussi).

huit montagnes   Les-Huit-montagnes

J’avais, il y a un peu plus d’un an assez aimé (sans être enthousiaste) le « Le garçon sauvage » – là, je dois avouer que j’étais touché (au cœur ? comme dit la 4e  de couv’ citant Sophie Pujas du Point ?) par

a) l’histoire  b) la mélancolie sous-jacente c) les descriptions des montagnes d) les question(nement)s du narrateur.

4e de couv (et présentation sur le site de chez Stock)

Pietro (« Berio ») est un garçon de la ville, Bruno un enfant des montagnes.  Ils ont 11 ans et tout les sépare. Dès leur rencontre à Grana,  au coeur du val d’Aoste, Bruno initie Pietro aux secrets de la  montagne. Ensemble, ils parcourent alpages, forêts et glaciers,  puisant dans cette nature sauvage les prémices de leur amitié.
Vingt ans plus tard, c’est dans ces mêmes montagnes et auprès  de ce même ami que Pietro tentera de se réconcilier avec son  passé – et son avenir.
Dans une langue pure et poétique, Paolo Cognetti mêle l’intime à l’universel et signe un grand roman d’apprentissage  et de filiation.

Roman initiatique (environ 30 années – 1984 à 2014) en trois parties de quatre chapitres chaque fois….: l’enfance entre Milan et les étés à la montagne (de la Grana) avec son père et sa mère; la construction-restauration d’une baita (barma) héritée par Pietro à la mort de son père (avec plus qu’une simple aide de la part de Bruno); le vagabondage de Pietro dans le Monde (notamment dans le Himalaya, tandis que Bruno, duquel Lara (une ex-amante de Pietro devenue la compagne de Bruno et la mère d’une fille) dira « face à la montagne, ni elle, ni Anita, ni ce qu’elle croyait avoir construit avec lui là-haut ne faisaient le poids. »  (p.269)

C’est écrit-raconté calmement (en mode « je »), avec un souffle de randonneur, régulier, dans une prose parfois poétique et pourtant simple et d’une force évocatrice avalancheuse. Et c’est comme si on les voyait les névés, mélèzes, rochers, cairns, lacs, sonnailles, solitudes, pierrailles, brouillards,….

DSC_0168

Pralognan – 2017

« Il n’y a rien de mieux que la montagne pour se souvenir. » (p. 181) Les moments d’introspection, les moments de re-civilisation (= la surprise de se retrouver après qqs jours « en montagne au milieu de voitures en moins de deux heures de marche…. », je les ai souvent connu, même en tant que randonneur principalement dominicale.  Je parle moi-même très peu lors de randonnées, même accompagné de mes amis, observant plutôt la nature, ouvrant l’oreille aux « silences », prenant parfois des photos, essayant de prendre une toute minuscule place dans la grandeur de la nature, en toute humilité….

« ...plus rien ne bougeait à cette heure-là, sinon mes jambes et le torrent, qui continuait de gronder et de gargouiller pendant que le bois dormait. Dans le silence, sa voix se faisait cristalline et je pouvais distinguer les nuances de chaque méandre, rapide, cascade, plus doux sur le coussin de végétation, et plus sec sur la pierraille... » (p. 218

Touché j’étais aussi de ce narrateur qui après la mort de son père va monter sur les sommet que son père a grimpé, seul alors – puisque son fils ne voulait (plus) l’accompagner – et y trouvera dans les petits carnets qu’on met parfois à disposition aux randonneurs, la trace de son père…. et de constater qu’il a dû faire un « détour » par l’Himalaya pour (re-) trouver son père ou plutôt un (autre) père qu’il n’a pas connu. « chaque fois …. j’avais l’impression de revenir à moi-même, au lieu où j’étais moi-même et où je me sentais bien… » (p. 238)

« Les pluies de fin août arrivèrent. Elles non plus je ne les avais pas oubliés. Ce sont les jours qui, en montagne, apportent l’automne, parce que après, quand il fait de nouveau beau, ce n’est plus le soleil d’avant, et la lumière est devenue oblique, les ombres plus longues. Ces bancs de nuages lents, informes, qui engloutissent les sommets, me disaient autrefois qu’il était temps de partir, et j’en voulais au ciel que l’été ait duré si peu.... »  (p. 184)

DSC_0635 (3)

Vue de la Chartreuse sur le Vercors (11.2017)

Bien d’autres éléments m’ont saisi : le pin cembro – déplacé et qui tient à peu près… -,la question de savoir qui aura le plus appris? Celui qui aura fait le tour des huits montagnes ou celui qui sera arrivé au sommet du mont Sumeru ? » (Mandala, Népal) ….

Une bien belle lecture (poétique et plus métaphorique qu’il n’y parait à première vue.

  

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les huit montagnes

  1. lebouquinivre dit :

    Un livre qui respire, dans tous les sens…!

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Prix Shadow International | Coquecigrues et ima-nu-ages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s