Cinéma estival

 

« La journée du soldat » devient « La guerre des cartels » …

Le film débute avec des attaques de « Human Bombs » (notamment dans un Centre Commercial) et le Ministère d’Intérieur pense que ce sont les cartels mexicains – c’est eux, dans les régions frontalières des Etats-Unis avec le Mexique, font régner la terreur – qui auraient leurs mains dans le jeu, le traffic humain s’avérant plus rémunérateur que celui de la drogue. L’agent fédéral Matt Graver (Josh Brolin) va être chargé de semer la zizanie entre les divers cartels (pour déclencher une guerre entre les divers cartels…). Il demandera aide (comme dans le premier « Sicario » (de Denis Villeneuve – vu récemment à la TV – et d’une efficacité redoutable, même si certains aspects peuvent heurter) à Alejandro (Benicio del Toro !!). Quoi de mieux pour semer la zizanie que d’enlever la fille d’un baron d’un cartel, Isabela Reyes, …

Sicario 2

Matt (Josh Brolin)

Toutefois, pas si simple dans un pays gangrené par la corruption, tout va se dérégler ou plutôt dégénérer… (certains schémas narratifs sont empruntés au 1er Sicario…) … ce qui amènera les supérieurs hiérarchiques à décider une sorte de retrait avec la demande de bien vouloir se  débarrasser (définitivement !) aussi bien de la fille (devenue un risque potentiel…. ..) que d’Alejandro devenu un poids (qui sait trop) aussi…

« Belle » suite , un zeste plus violent et noir (il y aura notamment davantage de morts et d’échanges de tirs tous azimut) et surtout sans l’appui « morale » (douteux et politique) qu’apportait dans le premier « Sicario » le personnage de la femme du FBI (Kate).

Benicio Del Toro crève absolument l’écran et il laissera après quelques rebondissements entrevoir un 3e Sicario ….Stefano Sollima nous surprend avec sa capacité de se glisser parfaitement dans la noirceur désespérée (et désespérante) du 1er de la « série » et nous offre un film de bonne facture (mais plus vain encore que le 1er)

SICARIO 2

Alejandro (Benicio Del Toro) im Kampf gegen die mexikanischen Drogenkartelle

…. âmes sensibles s’abstenir, les autres : cela se laisse regarder si on ne se pose pas trop de question sur la culture de la violence (gratuite).

La désobeissance

1122497.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Une (très) belle surprise (vu(e) avec 4 femmes !)

Rosit a  depuis longtemps déjà quitté la communauté juive (orthodoxe) dans laquelle elle a grandi à Londres et vit désormais à New York. Esti et Dovid, ses deux amis d’enfance, (on apprendra que Rosit et Esti avaient une relation lesbienne) se sont mariés pendant son absence (elle n’avait jamais donné signe de vie). Rosit revient à Londres à la mort de son père. Le mariage avec Dovid (rabbin comme le père de Rosit)

A139_C002_02013B

A139_C002_02013B.0005379.tif

n’a pas fait oublier à Esti l’attirance qu’elle éprouve(-ait) pour Ronit et les deux femmes ne tardent pas à se rapprocher de nouveau, avec les conséquences que le regard de cette communauté  rigide laisse supposer/entrevoir.

182206.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Intrigue classique donc mais rendue avec une subtilité assez remarquable par Sebastian Lelia.

Ce qui est fort c’est qu’il montre la communauté juive, ses rites et obligations sans jamais les critiquer ou mettre au pilori (on aurait pu remplacer les juifs orthodoxes sans problème par des catho’ intégristes ou de rigoureux musulmans. Rachel Weisz et Rachel McAdams (avec ou sans perruque) sont sublimes, sensuelles.

null

A048_C016_0113T4.0001441.tif

La douleur de Alessandro Nivola, le mari « délaissé », ses émotions contradictoires touchent.

Le film avance par petites touches, d’aucuns diraient que « c’est lent » et un peu « déjà vu » mais grâce aux actrices et aux question(nement)s que le film et ses propos suscitent, les scènes vous prennent (parfois) à la gorge, même si la fin est un peu « trop open ». Toutefois, le film nous a cependant fait parler pas mal après la vision.

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s