Oh Zeus : Dezeuze

J’ai pu voir l’exposition (rétrospective) de Daniel Dezeuze au Musée de Grenoble une petite dizaine de jours avant sa fermeture… (maintenant c’est trop tard !)

20180121_125828

Armes – Armes de poing – Canon de table (1987-1989)

Cette image (toutes les photos ont été pris avec mon smartphone) est (pour moi) assez symptomatique pour une phase du travail de cet artiste (qui a commencé dans les années 60) pendant laquelle il récupère des objets et matériaux pour les détourner, re-créer la violence du monde avec une ingéniosité quasi-enfantine matinée d’art brute. (Il récupère aussi des portes dans des maisons destinée à être démolies et les pose telle quelle contre un mur… (sa philosophie : « peinture de désastres » !)

 

20180121_130328
Arcs et arbalètes (1990)

Un peu plus tard il utilise des matériaux de récup’ pour construire des arbalètes – évoquant l’idée de la « traversée », du regard « acéré », aigu et percutant (des indiens) …

Particulièrement drôles les « objets de cueillette »… nés d’une imagination débordante…

Une salle plus loin j’étais intrigué par une « articulation gothique » (1985 – « clin d’œil au ready-made duchampien avec son détournement de planches de ski…et son aspect lisse et design....  » (catalogue)

20180121_130137  (détail)

Par contre, j’avais un peu de mal avec les peintures sur panneaux extensibles (l’artiste aimant les motifs de résille). « Le raffinement des couleurs qui s’infiltre dans les croisillons transcende le matériau premier* et fait de ces objets de véritables tableaux. » (catalogue) *récupéré sur des chantiers)

Intriguant, mais – pour moi – pas émouvant son « per une selva oscura III » (1997) – inspiré du Chant de l’Enfer (Divine Comédie de Dante….Cet objet « oppose son insondable densité à toute velléité d’interprétation »

20180121_130923

J’ai retrouvé ensuite un peu plus mon sourire avec

20180121_131243

une série [« chants d’oiseaux lointains à la limite du perceptible » (2008) et la « Third Meditation….] plus ludiques, poétiques pour moi, qui a toujours un peu de mal avec l’art contemporain.

Ce qui vaut également pour l’avant dernière salle avec « Tableaux-Valises » (2015-2017) – un ensemble de 20 valides colorées, qui m’ont emmené en voyage (« vides de tout contenu…..elles renferment ce que le spectateur veut y mettre » – j’y ai mis le paquet… en profitant des battements des ailes de papillons multicolores (1994-2014) dont la poudre des pastels s’approche un peu des poudres pigmentées et irisées posée sur les ailes des papillons…)

20180121_131531

En sortant du Musée rappel à l’ordre de la réalité…: j’y ai vu mon premier « Frigo solidaire » …..

20180121_145640

Dans le rétroviseur : un dimanche pluvieux bien saisi, découverte d’un artiste que je ne connaissais (même pas) de nom (Deleuze oui, Dezeuz, non) … un peu plus « intelligent » donc ….

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Art et peinture, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Oh Zeus : Dezeuze

  1. CultURIEUSE dit :

    Les fusils d’André Robillard paraissent mieux réussis! J’aime assez les valises…mais tout ça semble sonner un peu creux. Merci pour la rencontre!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s