« Oh et puis tant pis…. »

Dans la série de mon soutien au cinéma français vu le dernier film de Robert Guédiguian « La Villa »

3867978

C’est, encore une fois, une histoire de famille : le vieil homme qui regarde la mer et s’effondre après avoir prononcé les mots du titre de cette entrée de blog. C’est le père de Angèle (Ariane Ascaride – actrice, qui est dans la vraie vie depuis 42 ans la femme du réalisateur), de Joseph (JP Darroussin) – sarcastique et blessé à souhait, et de Armand (Gérard Meylan) qui est le seul à être resté dans la calanque de Méjean (avec vue sur Marseille) ou il tient un restaurant (populaire) ouvert jadis par son père… Frères et sœurs se retrouvent au chevet du père pour une « pièce de chambre » en x actes. Quelques personnages…(la future ex-amante de Joseph, le fils médecin de voisins, ce même couple de voisins, un pêcheur féru du théâtre et amoureux depuis toujours de Angèle…) … un viaduc sur lequel passent des trains… un beau balcon comme lieu de retrouvailles (avec parfois des images qui font du groupe d’hommes et de femmes un chœur antique, qui fume (bcp).

http_o.aolcdn.comhssstoragemidasc1a3d94dfe496b9abfdbcdad278b64ad205896262la_villa_photo_2-agat-films-cie--france-3-cinema--2016-1600x900

La vie, la mort, la géntrification des calanques (les proprios gagneraient plus avec les touristes de l’été qu’avec des locataires à l’année)…

– Qu’est-ce qui a changé comme ça? Tous les cabanons sont fermés. Pourquoi c’est désert? Avant il y avait du monde partout, ça courait, ça braillait dans tous les sens. Qu’est-ce qui s’est passé?

 – L’argent, Angèle, l’argent il s’est passé. Tu sais ici, avant c’était un trésor. Les autres connards-là, ils ont tous vendu les uns après les autres…
…et le temps qui passe, le deuil, la solidarité, l’héritage…. voilà les sujets…traités avec une économie de moyens qui m’a laissé parfois ébahi. En quelques plans, 5 minutes à peine, Robert Guédiguian dessine les contours de son récit, sans bavardage, juste des coups de brosse-caméra – vraiment, il sait raconter.
165oYMRCla-villa-2017-streaming-bluray-light-vf_x240-Nvn

Certes, le film dure 1h47, mais il passe comme un éclair, empreint d’une mélancolie, d’une émotion timide… Malheureusement ce voile parfait se déchire parfois par des dialogues, comme souvent chez Guédiguian, par trop didactiques, crypto-communistes, dits par des personnages à convictions (d’une droiture devenue rare), mais trop proche d’une fable que d’un récit « réaliste » … ou aussi par un sorte de naïveté (c’était mieux avant)… qui jettent une ombre.

Un personnage, le pêcheur, joué par Robinson Stévenin, m’a énervé avec son regard béat, mais en fin de compte j’étais content pour Angèle – pas très bien dans sa peau et toujours endeuillée d’un drame survenu 20 ans auparavant…. – d’avoir trouvé cet admirateur-amoureux…puisqu’il la rajeunit…

LA VILLA PHOTO4 On fume pas mal dans ce film (qu’est-ce que dira la Ministre ?) …

veneziamereghettilavilla_640_ori_crop_master__0x0_640x360

Un moment bien senti (et touchant ) dans le film – à un moment Angèle se plonge dans ses souvenirs – et vu que Robert G. a souvent (toujours) filmé avec les mêmes acteurs, il insère des extraits lumineux de son film Ki lo sa ? (1985)… et le spectateur est frappé par la jeunesse débridée de Darroussin et les autres…

« La Villa » est ainsi parsemé de moments de grâce, de moments plombants aussi (ou sonnant – presque – faux et théâtrales) – Ainsi je suis partagé entre intellectuellement comprendre la partie du récit ou s’ajoutent à la trame narrative des enfants immigrés cachés, échoués là-bas… et « protégés » par la famille au gros cœur…. (écho au drame de la vie d’Angèle, possibilité de se retrouver au-tour d’un thème humaniste), mais en tant que spectateur lambda, c’était un peu too much….

En fin de compte/conte : Un beau petit film qui aura sans aucun doute ses détracteurs (les anti-Telerama le trouvant trop lent). Il ne m’a pas complètement convaincu non plus, mais il a touché des cordes sensibles….de par ses questionnements et son insertion dans ou reflet d’un monde à la dérive….

 

PS Cet article est le 1.111ième écrit depuis la « naissance » de ce blog ! Une information statistique qui me laisse pantois ! 

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour « Oh et puis tant pis…. »

  1. MALS dit :

    La calanque de Méjean est, hors saison, comme on dit, un lieu charmant.

    Aimé par 1 personne

  2. Béatrice dit :

    Voilà qui résume parfaitement mes impressions sur ce film .

    Aimé par 1 personne

  3. Strum dit :

    Oui, c’est une fable et il faut la prendre comme telle, mais c’est ce qui fait le charme du film. 1111 articles : bravo !

    Aimé par 1 personne

  4. CultURIEUSE dit :

    1111! Joli nombre, beau début quadruplé, premier multiplié, unique et copié!

    Aimé par 1 personne

  5. lorenztradfin dit :

    Je ne peux m’empêcher de copier-coller ici un message sur FB laissé par le cher F.M. : « C’est un TRES mauvais film, jeu approximatif, situations téléphonées, et une actrice très mal a l’aise avec son role d’actrice de paris, partie il y a 20 ans, un navet total par rapport a d’autres films de ce réalisateur. pauvre, avec des longueurs, des choses improbables, bref de la merde. »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s