La …La …La…l’Astairland

Hmmm Fred & Ginger sont certainement très contents là ou ils sont : il n’y a pas encore de relève en vue, juste des « stagiaires » (toutefois : quel stagiaires ! )….

291158-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Vu – avec notre fille (en visite) – « La La Land » de Damien Chazelle (le réalisateur du nerveux  « Wiplash »). L.A.L.A.-Land donc, LE film dont tout le monde parle, dont les critiques (presque tous) raffolent et disent même « ‘LE film de l’année/chef-d’œuvre » et patati-patata- même les Cahiers de Cinéma y trouvent du très bon – le film qui a 14 nominations aux oscars, qui a ramassé qqs  autres prix….et dure plus de 2 heures (qu’on ne voit pas passer).

En effet, tu sors de la salle obscure comme après trois coupes de champagne, c’est léger, c’est pétillant, entraînant même dans les premières quinze minutes….

321022-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Cependant l’effet viagra vivifiant et stimulant s’estompe, il y a un peu de sensation de vin triste (quand l’histoire se traine un peu les pattes) … mais on se berce au son de quelques notes Satie-èsques de la mélodie de

City of the stars

(un vrai « Ohrwurm » = mélodie rengaine entêtante).

L’histoire prend la place d’une feuille de cigarettes* : « Boy meets girl »  ou « Le Musicien & l’Actrice » ou « Comment percer dans le monde cruel de L.A. » racontée (montrée) dans le mode des comédies musicales d’antan, avec un zeste de Jacques Demy, une goutte de V. Minelli, une louchée jazzy…. même si je m’étais attendu à un peu plus de chant, étais préparé aussi à bcp plus d’émotions (c’est quand-même « drôle » de voir que le couple qui s’élève en dansant « sur un nuage » sous la coupole de l’observatoire Griffith (reconnaissable entre milliers de par La Fureur de vivre, Terminator et autres Bienvenue à Gattica) nous n’émeut pas…)…

Toutefois, le couple d’amoureux empêchés  reste la clé du « bonheur » du spectateur : il y a des échos, des réminiscences, le réveil des danseurs en nous (au-dessus de l’abîme ou  pas), la valse hésitation entre diverses voies qu’on peut prendre dans sa vie (l’avenir peut être multiple…n’est-ce pas), et surtout, surtout la fin « mélo » qui retrace les autres possibilités de leur vie, et touche.

*(par ailleurs, pour ceux qui m’ont déjà vu dans une pause détente sur mon balcon « bronzer » avec une cigarette et un livre à la main : je n’ai plus fumé une seule clope depuis le 1er janvier !) 

Grand atout donc du film le couple Ryan Gosling et Emma Stone (même s’ils ne chantent ni dansent aussi bien que Fred Astaire). Chez elle, on ne voit que les yeux et sa bouche (quand elle sourit et/ou est triste) et chez lui, on tombe sous le charme, son sourire, son regard, sa présence à l’écran….

00319581_000023

 

337033-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Un très bon moment qui nous sort de la grisaille, des primaires, de Trump et consort et laisse une petite musique – sans toutefois être une oeuvre inoubliable et/ou un monument (même s’il ramassera certainement pas mal d’oscars – à l’exemple de ce qu’avait fait il y a qqs années « The Artist » – qui avait fait revivre le film muet (Chazelle réanime la comédie musicale des années ’50 au goût d’aujourd’hui.

287381-jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Camille est également un peu déçue….  j’aime bien sa critique/lecture (comme d’hab’ plus approfondie que la mienne) :

https://camillesefaitdesfilms.com/2017/01/29/la-la-land-quand-lamour-chante-et-dechante/#more-7654

 

 

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La …La …La…l’Astairland

  1. CultURIEUSE dit :

    Tout d’abord BRAVO d’avoir cessé de fumer, je n’en dis pas autant (et n’en ai pas envie, mais je modère…)! Ta critique de ce film me fait penser à celle de Simone pour « La veuve » de Fiona Barton: un bon intermède dans la grisaille et la morosité ambiante. Tu conseilles le grand écran pour un film comme ça?

    Aimé par 1 personne

    • lorenztradfin dit :

      (Je vais attendre mon première anniversaire (et non pas le mois-aire) pour me dire BRAVO… mais contrairement à Simone je ne trouve pas que c’est facile (et pour le moment pas de différence au niveau goût (les vins ont le même goût – et pour le sport/la rando je n’avais pas de ‘blème non plus…alors…) . La modération n’avait pas marché (j’en étais parfois à presqu’un paquet/jour.

      Quant à La La Land – à mon avis absolument à voir sur grand écran (et une bonne sono). Il sait filmer… « bon intermède » est tout à fait adaptée comme expression….

      Aimé par 1 personne

  2. Je ne l’ai pas mis sur ma liste, je suis en retard côté films, je veux aller voir Neruda, le Bellochio aussi, mais si j’ai un créneau pourquoi pas LA LA LAND !
    QUOI ? Tu fumais ? Bienvenue au club des abstinents ! J’ai arrêté le 2 Juillet 2012, et si j’avais su que c’était si facile, j’aurais tout jeté avant ! Alors tiens bon, courage, on se sent bien mieux après, et puis on est fier d’y arriver ! Et Martine, on t’attends ! 😀

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s