Les innocents – River of the dead

Thriller finger-food de Robert Pobi, traduit de l’anglais (Canada) par Arnaud Baignot perrine-chambon & arnaud-baignot, à savoir qui se dévore rapidement, sur le pouce en attendant une lecture plus nourrie, plus réflective.

9782757841969_1_75

(Alexandra) Hem(ingway) (37 ans), la policière (baroudeuse sur les bords), née dans une famille très riche, a choisi la crim’ au lieu d’un job dans un cabinet d’avocats ou de conseil. Elle vit en couple avec un jeune homme « gentil » (« Il te traite bien ? Oui. Le sexe ça va ? Oui. Tu ressens quelque chose de fort quand il te touche ? Oui. Il baisse la lunette des toilettes de temps en temps ? Tout le temps. Il ouvre ta portière ? Tout le temps. Alors je crois que c’est bon, ma chérie. Merci. Bonne nuit. La séance est terminée – p. 143) après une longue et passionnante liaison avec un autre policier assassiné (attention : trauma !), va se découvrir enceinte – et se pose de questions (garder l’enfant ou pas dans ce monde de brutes ?).

Malheureusement, elle ne peut pas se consacrer à ses interrogations puisqu’elle et la ville de NY sont confrontées à une série d’enlèvements et puis d’assassinats d’enfants (de dix ans environ). Ces enfants sont tous issus de la bonne société huppée et nés après des inséminations assistées par une clinique privée….qui se trouvera raidement dans le centre des investigations.

Meurtres atroces (d’enfants), obductions (depuis Patricia Cornwell c’est devenu un passage obligé on dirait), tâtonnements du tandem que Hem’ forme avec son collègue…., dévoilement progressif de l’esprit tordu du meurtrier en série et twist de dernière minute (page)…. (j’étais malgré tout un peu surpris de l’identité du criminel).

(Randall’s Island – et ses terrains de sports – ou une partie de l’intrigue se déroule) :

9f9a4c9037bbb624a5cf7f4d5c0cf05b

Un bon et pur produit thrilleresque qui ne révolutionne pas le genre mais nous fait connaître une héroïne complexe, que Ben Affleck ne renierait pas (malgré son faible pour Boston). C’est assez bien conçu avec un bon zeste de cruauté perverse, NY est décrit un peu différemment, psychologie des protagonistes réussie. On ne crache pas dessus sur un produit easy-read de cette facture.

Une belle lecture « de plage » ou de nuits-après-traductions-lambda. On ne s’ennuie pas et je dirai même qu’on en redemande.

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les innocents – River of the dead

  1. Je l’ai lu il y a un bon moment; je crois que j’avais trouvé ça agréable ( parfois, ça fait du bien ce genre de lecture ), mais comme je m’en aperçois, pas mémorable ! 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s