L’arc de triomphe de Spreck – Livre Inter

«Un cube ouvert – une fenêtre 
sur le monde – comme un point d’orgue provisoire sur l’avenue 
avec un regard sur l’avenir»

Étonnant « roman-récit » (?) de Laurence Cossé lu dans le cadre de notre Shadow-Cabinet qui lit tous les 10 livres de la sélection du Livre Inter pour débattre comme les 24 à Paris le 4 juin….

A14204

Un livre alerte pour un sujet à priori ardu : La construction de l’Arche de la Défense, le Cube dessiné par l’architecte danois Johan  Otto von Spreckelsen (dit Spreck’ vu que son nom « à coucher dehors » était difficile à prononcer).

20141128095226_Ladfense-IEA

Retour sur le concours international de 1983 à la suite duquel sa proposition était retenue pour fermer l’axe historique (Louvre/Champs-Elysées/ Arc de Triomphe/Tête de Défense) et ses suites et ramifications. Laurence Cossé s’est penché sur les documents de l’époque (journaux, dossiers, livres), a discuté avec bon nombre des protagonistes de cette épopée… pour se faire une idée  et de la transcrire le mieux possible.

Spreck’ était un grand, bel homme, comme sorti d’un film de Bergman (et souvent accompagné par sa femme (toujours silencieuse)). Loin des conventions, il se présentera à l’Élysée et au président Mitterrand en sabots… et va gagner le soutien de F. Mitterrand pour son projet (souvenez-vous à cette époque-là on construisait : La bibliothèque F-Mitterrand, la pyramide du Louvre, le Ministère des Finances….) :  une Arche-Arc de Triomphe moderne à la gloire de l’Humanité, sous forme d’un cube épuré, avec des nuages cristallins (qui sont devenus ce qu’on sait), entouré de collines et jardins….(disparus aussi en se frottant à une réalité autrement moins poétique…)

762687350-paul-andreu-johan-otto-von-spreckelsen-puteaux-grande-arche

Laurence Cossé démonte dans un style très agréable la machinerie derrière un grand contrat de ce type…. Le concours a été gagné avec un dessin, une idée dont la réalisation s’est heurté à pas mal de problèmes techniques, commerciaux et politiques. Et L. Cossé sait raconter tout cela sans que cela devient barbant, sait appuyer là ou ça fait mal, décrit la lutte perdue d’avance d’un « rêveur idéaliste » qui va se perdre dans des batailles (partisanes & techniques) qui le dépassent – d’une part certainement aussi parce qu’il vient d’une culture nordique (rigueur vs. agitation et « bordelisme » à la française – les pages consacrées à ces différences pourraient être tordantes, si ce n’était pas si triste),  mais aussi parce qu’il n’a pas l’habitude de grands projets de ce type (il a construit à ce moment là « seulement » 4 églises au Danemark (que L. C. visite avec nous – moments d’aération dans un récit fait des toiles d’araignées des courtisans, des jaloux, des technocrates, des EPAD, GMOTD, SCIC, SAEM-TD, MOR ..).

Et en fin de compte on comprend aussi qu’un des grands problèmes de l’arche était qu’on avait certes choisi le dessin convaincant, mais on ne savait pas bien quoi mettre dans cet immeuble (Ministère de l’Equipement ? Le Carrefour international de la Communication à créer ? des bureaux du privé ? ou aussi une fondation internationale des droits de l’homme ? – Ce sont des hommes autour de ces projets, souvent morts-nés –  qui vont tirer, tirailler, lutter….

Beaux portraits de quelques personnages clés (que L. Cosse à pu interviewer) – notamment Paul Andreu (spécialiste des grands travaux pour ADP p.ex…http://www.paul-andreu.com/pages/projets_recents_01.html). Malheureusement elle n’a pas réussi à faire parler Karen von Spreckelsen, la femme de l’architecte (qui ne pardonnera jamais à la France la mort de son mari – avant l’inauguration de l’arche)…

https://i1.wp.com/www.pss-archi.eu/photos/mynight/GA/GA3.jpg

Si vous ne voulez pas lire le livre : 13 minutes avec Laurence Cossé autour de ce livre :

Le roman-récit est – comme je viens de le lire – également un des 5 finalistes du prix Orange du livre 2016 :

– Lucile Bordes, 86, année blanche (Liana Levi)
Laurence Cossé, La grande arche (Gallimard)
– Vincent Message, Défaite des maîtres et possesseurs (Seuil)
– Sylvain Pattieu, Et que celui qui a soif, vienne (Rouergue)
– Catherine Poulain, Le grand marin (L’Olivier)

Toutefois, ne serait-ce que pour le bain dans ces années mitterrandiennes…. ce livre vaut tout à fait le détour.

images

 

 

 

 

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’arc de triomphe de Spreck – Livre Inter

  1. Je ne sais pas si je le lirai, mais j’ai prévu ( un jour ou l’autre ! ) « Le grand marin ». Intéressant article, Bernhard

    Aimé par 1 personne

  2. Elisa dit :

    Intéressant même si je ne le lirai pas. Alors merci pour la vidéo 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Ping : Livre Inter 2016 – Liste des livres | Coquecigrues et ima-nu-ages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s