Althusser, Barthes, C…., Deleuze, Eco & les autres

« La septième fonction du langage » de Laurent Binet – couronné du prix Interallié….

LAURENT-BINET

Avant de commencer le livre, je « savais » (par oui-dire) que ce livre parlerait de Roland Barthes , càd de sa mort (le point du départ est l »assassinat de ce grand philosophe) et qu’on s’amuserait bien (avec le « réel »).

De fait, je le dis d’emblée, je me suis beaucoup amusé sur presque trois-quarts du roman – mais j’ai baissé les bras vers la fin*, noyé dans la danse folle  des Foucault, Sollers et Kristeva, Sartre, Derrida, Cixous, Todorov, Althusser, BHL, Lacan, Deleuze et Guattari, Debray… c’était too much pour moi.

goux

Contrairement à une amie qui disait : « Un polar addictif sur le monde intellectuel français en 1980? Oui, ça existe, Laurent Binet l’a commis!, Ça y est, terminé! La langue a gagné et gagnera toujours. Ébouriffant et brillant. Vachement intello quand même. Mais je n’ai pas faibli. »

En effet, il y a des moments jubilatoires dans ce livre, titillant l’intellect, suscitant la curiosité pour des questions philosophiques et sémiologiques qui constituent d’une certaine manière l’ossature du roman.

La-septième-fonction-du-langage-de-Laurent-Binet

« Bayard profite de son absence pour demander à Judith de lui expliquer la différence entre illocutoire et perlocutoire. Judith lui dit que l’acte de discours illocutoire est lui-même la chose qu’il effectue, alors que l’acte perlocutoire  entraîne certains effets qui ne se confondent pas avec l’acte de discours. « Par exemple, si je vous demande : « Pensez-vous qu’il y a des chambres libres à l’étage ? », la réalité illocutoire objective continue dans la question est que je vous drague. En posant cette question, je vous drague. Mais l’enjeu perlocutoire se joue à un autre niveau : est-ce que, sachant que je vous drague, ma proposition vous intéresse ? L’acte illocutoire sera réussi (« performed with success ») si vous comprenez mon invitation. Mais l’acte perlocutoire ne sera réalisé que si vous me suivez dans une chambre….. (p. 364/365)

Des passages comme celui-ci, savant et ironique, joueur on en trouve des centaines sur les 495 pages, mas disant rapidement quelques mots sur la trame de l’histoire : Le 25.2.1980 Roland Barthes rentre d’un déjeuner avec François Mitterand et se fait renverser par une camionnette près du Collège de France – il va mourir à l’hôpital… Binet va nous transformer cet accident – en assassinat…:  un commissaire (fan de Lino Ventura) va avec l’aide d’un thésard (université de Vincennes) réquisitionné  essayer comprendre qui et pourquoi on a tué Barthes, pour comprendre peu à peu qu’il existerait un fascicule secret qui donnerait les clés du pouvoir (c’est un peu comme dans « Le nom de la rose » de Umberto Eco qu’on croisera bien entendu aussi dans ce roman, et il y aura également des morts, des suspects et surtout toute cette galerie de « clowns » philosophiques dans une farandole ou la Comedia delle’Arte n’est pas loin (on passe de la France aux Etats-Unis, à Bologna et à Venise aussi)….

barthes11

C’est souvent drôle, enlevé, profondément philosophique parfois mais avec une touche tellement farcesque que cela devient « vaine » (à mon goût) – du plaisir d’imagination pour l’imagination. C’est certes d’une virtuosité éblouissante parfois (réussir à ce point un patchwork de ce que constitue les années 80, rendre vivant les têtes pensantes germanopratines (sémiologues, sociologues, psychologues et philosophes), le trio infernal de Giscard/Ornano/Poniatowski, de plus dans un style proche d’un polar déjanté était une gageure) mais j’en avais une sorte de constipation Solleresque à la fin qui a étouffé le plaisir.

J’invite toutefois tout curieux de lire (au moins) p.ex. les pages 39 – 43 – une Etude des chiffres et des lettres (sic!) dans James Bond…. (c’est jouissif p.ex. de lire les explications du « M », le 007 (« le code pour le droit au meurtre. (…) ….Comment pouvait-on représenter le permis de tuer par un chiffre ? 10 ? 20 ? 100 ? Un million ? La mort n’est pas quantifiable. La mort est le néant, et le néant c’est zéro……(….)  Autant le Numéro 6 (de la série « Le Prisionnier » nda) est un révolutionnaire, autant le 007 est un conservateur. Le 7 réactionnaire s’oppose ici au 6 révolutionnaire….(etc)

Prix du Roman Fnac 2015 + Prix Interallié 2015

Un article assez sympathique :

http://espacelivres.canalblog.com/archives/2015/12/01/33010236.html

« ……Comme dans un polar digne de ce nom, le héros couche à Bologne  avec Bianca dans un amphithéâtre du XVIIe, échappant à un attentat à la bombe, manquant ensuite de se faire poignarder dans une bibliothèque par un philosophe du langage, participant à une poursuite en voiture où il échappera à une tentative d’assassinat. Périlleux destin agrémenté d’épisodes plus savoureux où il assiste à une scène de levrette sur une photocopieuse, rencontreGiscard à l’Elysée, croise Michel Foucault dans un sauna gay, découvre une société coupeuse de doigts, traverse l’Atlantique à la poursuite de ce fameux document. Une vie d’aventurier sublime digne d’un des meilleurs James bond. Avec l’humour en plus.

On sait bien depuis Hitler ou Mussolini que celui qui maîtrise le discours, par sa capacité à susciter la crainte et l’amour, peut facilement devenir le maître du monde. Comme répondLaurent Binet dans une interview au site Mytoc.frIl y a une libido de la conviction. Un désir d’avoir raison. Et à un moment, on peut se dire que tous les moyens réthoriques sont bons […]En fait c’est ça la 7ème fonction du langage, l’art de la manipulation.»…. »

Et pour finir – une « application » des 6 fonctions du langage à Twitter selon Jakobson

fonctions_jakobson_reseaux_sociaux_twitter

http://zeboute-infocom.com/2012/03/24/les-6-fonctions-du-langage-de-twitter-selon-jakobson/

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Althusser, Barthes, C…., Deleuze, Eco & les autres

  1. Philisine Cave dit :

    J’ai beaucoup aimé lire ce roman et j’ai trouvé comme toi très réjouissant le James Bond réexpliqué. Bises

    Aimé par 1 personne

    • lorenztradfin dit :

      Cela ne m’étonne pas de toi. Je me demande, en te lisant là, si tu as déjà lu le dernier Echenoz (qui – je suis en train de le terminer : encore 80 pages – sera avec le roman de Miss. C. Laurens mon coup de cœur de ce début d’année de lecture) – la même jouissance de lecture comme parfois avec Binet, mais à un niveau de langage (9e niveau ?) plus élevé… Bises

      J'aime

      • Philisine Cave dit :

        je suis ne train de lire le dernier Echenoz et j’en fais une LC avec Athalie pour une publi le 27 février : si cela te dit de te joindre à nous, je serais super contente !!!!! Notre première LC ensemble .

        Aimé par 1 personne

      • lorenztradfin dit :

        Avec plaisir – je ne sais pas ce qu’est une LC (lecture comparée?) – mais te voir contente me réjouis – tu me dis comment faire pour être chrono etc… j’aurai plus de temps pour fignoler ma bafouille si c’est le 27… – tu vois je le sentais dans mon pif que tu lirais ce livre…. –

        J'aime

  2. CultURIEUSE dit :

    Ahah, le voilà! Je n’ose me lancer dans une critique, bravo de t’y aventurer! J’ai effectivement trouvé ce roman passionnant et fascinant. Le langage, outil artistique des écrivains, peut être une arme tout autant qu’un remède. Cette analyse des hautes sphères de l’intelligentsia des années 80, Laurent Binet nous l’offre sur un plateau d’argent, avec ses décryptages quelquefois fallacieux, mais toujours savoureux. Ne pas se laisser effrayer par les quelques passages jugés difficiles. C’est un polar finalement!

    Aimé par 1 personne

  3. Philisine Cave dit :

    Lc signifie Lecture commune : en gros, n lit chacun de notre côté, on échange si on a envie mais surtout on publie le même jour notre billet en référençant les liens vers les billets des autres copains et copines.
    Je te donne de suite le lien vers
    chez Athalie : http://aleslire.hautetfort.com/
    chez moi : http://jemelivre.blogspot.fr/
    Je vais prévenir Athalie de suite !
    Bises et
    chouette de chez chouette : oui, tu me connais bien !!!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s