Sag warum ? – Dis moi pourquoi

2048x1536-fit_maison-autre

Curieux roman que j’avais acheté pour les vacances d’été (!) pour le cas ou il y avait pénurie …Nous sommes en septembre 1946 à Hambourg – l’Allemagne vient d’être répartie en zones d’occupation : pour les français le vin, pour les américains les paysages, pour les russes le grenier à blé et pour les anglais les décombres –  le colonel Lewis, responsable dans la région de Hambourg va emménager dans une villa réquisitionnée trois fois trop grande pour lui  et convaincu que pas tous les allemands avaient été Nazi va permettre au propriétaire (Lubert)  – en attente de son « Persilschein » (les allemands doivent passer plusieurs tests avant d’être « blanchis ») –  et ses enfants de rester dans l’étage supérieur de la maison…tandis que lui, et sa femme qui va bientôt suivre d’Angleterre (également en ruine) restera au rdc.

389404

Lewis et sa femme (toujours en deuil après la mort de leur fils aîné sous les bombardement allemands) passent une période un peu dure du point de vu intime – de plus

Julius-Schnorr-von-Carolsfeld-Akt-kobiecy-w-pozie-stojacej_width350   Sitzender Akt. 21e8a8615425eb11ad9d6cb4557ba8a9

(nues de Carolsfeld et autoportrait de F. Léger)

vivre sous le même toit avec un représentant de  « l’ennemi » qui a tué son aîné de quatorze ans et dont la prestance, la grande courtoisie et l’immense culture (c’est un architecte) n’est pas de son goût (les peintures – ci-dessus des nus de Carolsfeld – qui choquent Madame, et un autoportrait de Lèger –  les meubles et la vaisselle non plus d’ailleurs). De plus, son mari passe trop de temps à aider l’« ennemi » de reconstruire le pays et de trouver un moyen pour instaurer la démocratie au sens des anglais…

Vous devinez ce qui va se passer ? En effet…. le truc banal…. mais qui va réveiller Madame au point….. (l’intrigue est plus compliquée mais je ne préfère rien en dire)

Cette trame du roman est sympathiquement roman de gare pour des fleurs bleues comme moi – notamment parce que Rhidan Brook arrive à bien décrire les sentiments des protagonistes… – mais ce n’est pas la partie la plus intéressante. C’est l’arrière-plan, la désolation d’un pays à terre, la famine de la population, les moyens de se débrouiller, les comportement des « colonisateurs » aussi tous orientés dénazification ou trafiquant les œuvres d’art , les humiliations qui vont avec la présence des anglais…. les négociations aussi (le blé que les Russes ne veulent donner que contre démantèlement et/ou destruction des usines – qui en partie marchent encore ==> chômage supplémentaire/grèves…), la vie des Trümmerfrauen ( les femmes des ruines – qui – en surnombre travaillent contre des tickets d’alimentation pour déblayer les ruines…)    http://www.lesinrocks.com/2015/07/18/livres/les-trummerfrauen-ces-femmes-qui-ont-releve-lallemagne-de-ses-ruines-11761168/    ou des enfants aussi – souvent orphelins, errants et/ou se regroupant en bande – vivant du troc….désignés par le terme « sauvageons » qui m’avait étonné mais qui est usuel on dirait : https://rhei.revues.org/2982

544198651

J’ai donc assez aimé cette (courte – 374 pages en livre de poche) plongée dans une période qui n’est pas souvent traitée dans la littérature – et qui a éveillé en moi des pensées à d’autres pays en guerre actuellement (le flot des immigrés, les pays en ruines…) à l’éclatante santé économique d’Allemagne aujourd’hui aussi (à peine 70 ans plus tard – notamment dû au renouveau de l’outil industriel, des sommes injectées par les Américains (plan Marshall contre plan Morgenthau))…..

La traduction du livre est de Gabrielle Merchez et Frédérique Daber fait le choix de ne pas traduire les phrases allemandes (leur sens s’ouvre toutefois au lecteur dans les passages suivants)…. il y avait des passages qui n’étaient à mon sens (mais je suis allemand) pas assez « lisses » (le choix de certains mot) mais pour vraiment juger je devrais prendre l’original ….

Lecture qui ouvre une fenêtre sur l’histoire assez proche et modélisant notre époque actuelle, use du « vrai du passé » pour capter son lecteur et change de points de vue suffisamment souvent pour tenir « en haleine » (relative) …. toutefois il ne laissera pas de traces profondes.

Pour finir une courte pièce de Schumann – qui permis la « réconciliation » des ennemis réunis sous un toit … « Sag Warum » (dis moi pourquoi !)

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s