Mentula V HS

2013_wc-klo-maennerklo-pissbecken-pinkelbecken-urinal-graffiti_bembel-commedia-bk_ds-foto

Une fois n’est pas coutume voici un article lu ce matin dans Le Monde (Science & Médicine – 9. 12.2015) qui m’a bien fait rire :

Jadis, cette chronique s’est demandé si lire aux toilettes était bon pour la santé. Après la question de la lecture, il fallait se ­poser celle de l’écriture au petit coin, et notamment dans les latrines publiques, ces lieux dont les occupants prennent tellement leurs aises qu’ils en laissent des graffitis sur les murs. L’habitude n’est pas nouvelle puisqu’on en a retrouvé à Pompéi et à Herculanum, comme ce magnifique « Apollinaris medicus Titi Imp hic cacavit bene ». Précisons, à l’intention des non-latinistes ou de ceux qui ont calé une armoire avec leur Gaffiot, que ce mot n’évoque pas les aventures de Titi et Grosminet mais signifie : « Apollinaris, médecin de l’empereur Titus, a ici bien chié. » Tout comme l’appétit vient en mangeant, la scatologie vient en se soulageant…

De la même manière, il faut détromper ceux qui croiraient, en lisant le court mot « Mentula V HS », que les Romains avaient déjà des cassettes ­vidéo. Non, cela dit simplement : « Une bite pour 5 sesterces. » A tout point de vue, on n’a donc rien inventé.

Il n’en reste pas moins que les graffitis déposés par les artistes de tartisses finissent par coûter fort cher en frais de peinture et de ravalement intérieur. Il fallait par conséquent que le Superman des temps modernes, j’ai nommé la science improbable, s’en mêle, en la personne de Steuart Watson, de l’université du Mississippi, qui, à l’occasion d’une mémorable étude publiée en 1996 par le Journal of Applied Behavior Analysis, a trouvé la solution miracle pour venir à bout des poètes et dessinateurs de goguenots. La menace de sanctions ne donnant rien – si ce n’est un « Il est interdit d’interdire » narquoisement tagué sous un panneau interdisant les graffitis –, ce spécialiste de psychologie a tenté une approche plus subtile.

Le terrain d’expérimentation

Le chercheur a pris pour terrain d’expérimentation trois toilettes publiques pour hommes situées sur un campus universitaire américain. Pourquoi uniquement pour hommes et pas aussi pour dames, diront les tenants de la parité ? Pour qui n’a jamais fréquenté les W.-C. réservés aux membres du sexe fort, rappelons qu’en plus de ressembler à une porcherie après l’orage, l’endroit montre que ces messieurs sont passés champions dans l’art d’étaler bêtises, insultes et cochoncetés sur les murs, le tout avec une maîtrise du graphisme et de l’orthographe digne d’élèves de CP. M. Watson a commencé son étude en faisant repeindre les murs. Puis il a compté à quelle vitesse les éphémères occupants des lieux les retapissaient – jusqu’à 125 caractères ou ­dessins par jour.

Fort de ces statistiques, il a fait donner un nouveau coup de peinture, mais cette fois en affichant un petit panneau expliquant qu’un médecin du cru avait accepté de verser une certaine somme d’argent à une organisation caritative célèbre aux Etats-Unis – United Way of America – « pour chaque jour où ces murs [resteraient]vierges de tout message, dessin, ou de toute autre marque. Nous apprécions grandement votre soutien à United Way ». Le médecin en question n’était autre que l’auteur de l’étude. Quant à la somme, il s’agissait de 5 cents par jour – la science est pauvre, ou radine, ou les deux.

Puis le chercheur a attendu. Et, pendant les trois mois qu’a duré l’expérience, son « graffitogramme » est resté désespérément plat et chaque mur immaculé. Là où les menaces et interdictions avaient échoué, l’appel à la générosité et à l’altruisme avait remporté un éclatant succès. On suppose que l’auteur s’est dit en conclusion : « Elémentaire mon cher Watson. »

  • Pierre Barthélémy

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/12/07/comment-venir-a-bout-des-graffitis-dans-les-toilettes_4826530_1650684.html#j4puWKusq9cQXuvX.99

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Mentula V HS

  1. Aaaah ! Cher Bernhard ! Tu as le don de me faire rire et ça vaut bien un « merci » !

    Aimé par 1 personne

  2. lorenztradfin dit :

    c’est que je pu (sous-)rire pour la première fois ce jour avec cette prose – j’aime bcp ses articles dans le rubrique « Improbablologie »…. Bizzz

    J'aime

  3. CultURIEUSE dit :

    Super! comme quoi la réflexion est bien plus profitable que l’interdiction. Merci!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s