Lectures de vacances (5) – Das Kartell (The Cartel) – D. Winslow

C’est drôle comme – par hasard ? – des lectures peuvent être en phase avec la réalité….

En déplacement en Allemagne j’ai acheté le roman « Das Kartell » de Don Winslow (il s’agit d’une sorte de suite du livre culte « La griffe du chien – The power of the dog -Tage der Toten »  http://don-winslow.com/

19cartel-blog427-v2 41YvchLVf5L._SX319_BO1,204,203,200_

En sortant de la lecture (830 pages (en allemand) – la traduction française n’est pas encore sur le marché – écœuré, abasourdie par la violence je lis ce jour sur le web  – (pas loin par ailleurs d’une pub pour la nouvelle série Netflix : « Narcos ») :

Mexique :

« La sécurité reste la principale préoccupation des électeurs mexicains. Et on a vraiment l’impression que, dans ce domaine, ils ne savent plus vers quel parti se tourner parce que les scandales de corruption et de collusion avec le crime organisé ont littéralement éclaboussé tous les partis dernièrement » (AFP après les élections au Mexique 7 juin 2015)

Guatemala :

« En quatre mois, le mouvement citoyen anti-corruption amorcé par son petit groupe d’amis sur Facebook a obtenu la démission de la vice-présidente Roxana Baldetti puis du président, le général Otto Pérez Molina. Tous deux attendent en prison d’être jugés dans un vaste scandale de fraude douanière surnommé « La Ligne ». A aucun moment, le mouvement citoyen n’a cessé d’être pacifique, alors que le Guatemala partage avec ses voisins du « Triangle nord » centraméricain, Honduras et Salvador, la triste distinction de figurer parmi les pays les plus violents du monde. » (Le Monde en date du 11.9.15)

_______________________________

« Le cartel » retrace la guerre multifacette  contre la drogue et entre les barons de la drogue au Mexique (ainsi qu’ aux Etats-Unis et au Guatemala) entre 2004 et 2012. Fort d’une documentation nourrie de faits authentiques, de livres, articles de journaux et de blogs (j’ai regardé un peu – effrayant ! : El Blog del Narco http://elblogdelnarco.com/) sur le sujet et placé dès la première page sous la bannière d’une dédicace d’une bonne centaine de journalistes – liste incomplète !!- « disparus » et/ou assassinés au Mexique pendant la période sous revue, Don Winslow nous happe dans un maelstrom de violences staccato.

Art Keller, le « seigneur de la frontière », réfugié dans un monastère (il y est un apiculteur) va sortir de sa « retraite » pour reprendre la guerre contre les narcotrafiquants qui gangrènent le Mexique, et surtout continuer sa lutte contre Adan (déjà présent dans « la Griffe du chien ») qui va fuir sa prison VIP et veut réunir sous un seul « Cartel » les diverses factions et/ou familles/régions (Tijuana, Juarez, Sinaloa, Golfe), à coups de négociations,menaces, coups bas…..

Âmes sensibles s’abstenir – avec son style précis, ramassé, percutant, parfois scenaristiquement cinématographique, parsemé de morceaux d’anthologie et des moments à l’intérieur de la tête d’un journaliste, Don Winslow nous fait assister à une guerre de toutes les cruautés aveugles qu’on croyait impossibles (le Daëch n’a pas le monopole des décapitations et une des spécialités des narcos  c’est de brûler des hommes/femmes dans des bidons d’essence…. souvent après les avoir torturés….). Se distinguent notamment les Zeta (voir les récits sur El blog del Narco…)

On se perd souvent dans ce dédale de cartels et familles, comme doit se perdre la population qui ne sait à quel groupe se fier, les policiers changent de camps au gré des versements, les hommes politiques aussi … Après cette lecture les articles ou entrefilet sur telle ou telle « disparition » ou tel affrontement entre la police/les militaires et les trafiquants à la frontière américano-mexicaine prennent une autre réalité.

Le livre est un seul cri, mais staccato, phrases très courtes, trouées par des expressions en espagnol…. Un livre somme qui assomme. Et laisse des cicatrices….

The Cartel arrives with a blurb from James Ellroy (“It’s got the jazz dog feel of a shot of pure meth!”), whose own frequent positioning of fictional characters in epic, real-world scenarios this most obviously resembles. Winslow’s prose is less jazzy, in every sense, than what’s found in Ellroy’s classic L.A. Quartet. But the righteous indignation that fuels his tale of cops, cartels, and the near-apocalyptic havoc they can create is, to use a sadly appropriate word, addictive. (ew.com)

Mr. Winslow, who has rightly been compared to James Ellroy (and praised by Mr. Ellroy) for his ability to capture an entire crime culture in the sweep of “The Cartel,” leaves room for at least one smart, interesting woman to play the drug lords’ game better than the men do. But as in all great crime fiction, the game is as damning as it is seductive and not conducive to happily-ever-afters. “The Cartel” culminates in a near-symphonic array of lethal coups de grace, written with such hallucinatory intensity that the whole book seems to have turned into a synchronized fireworks display. And still Mr. Winslow adds one last, hellish image that “takes the freakin’ cake.” To make sure this story is something you won’t forget.  (Nytimes.com)

Traduction (allemande) de Chris Hirte – le traducteur qui avait déjà traduit la version allemande de « La griffe des chiens » et qui – pour ses traductions – a reçu en 1999 un prix de la fondation Ledig-Rowohlt.  Je pense qu’une dernière relecture aurait permis de gommer quelques « anglicismes » mais ne chipotons pas.

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Lectures de vacances (5) – Das Kartell (The Cartel) – D. Winslow

  1. CultURIEUSE dit :

    Pas pour moi celui-là… mais cette littérature aide à voir.

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Missing : NY | Coquecigrues et ima-nu-ages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s