Check-point

« Check-point » – le dernier roman de Jean-Christophe Rufin (président du Jury du Livre Inter 2015 – j’ai lu le livre « en hommage » …https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Christophe_Rufin)  est une sorte de road-movie ou de roman d’aventures souvent quasiment à huis clos pendant la guerre de Bosnie (1991 – 1995).

checkPooint_inside_right_content_pm_v8

Quatre hommes et une femme s’engagent dans une ONG et transportent pour celle-ci dans 2 camions des vêtements et de la nourriture ainsi que des médicaments pour la population. Toutefois, au fil du récit, le lecteur apprendra que nous n’avons pas affaire à des humanitaires seulement. Parmi le groupe, deux amis sont anciens casques bleus, un autre se révélera être un indicateur de police. Maud, la femme du groupe, (« vierge par orgueil, par défi » (p. 192) va par amour suivre l’un d’entre eux (Marc, dont « elle n’aimait pas les tatouages qu’il avait sur les bras et qui représentaient des serpents et des armes » – P. 35) dans un engagement militaire, puisque les deux ex-casques bleus ont caché des explosifs dans les camions, destinés à des amis croates.

Le convoi va se séparer, une course-poursuite va s’engager avec un vrai show-down pétaradant (et cinématographique) et une fin « pessimiste » qui donne une claque aux bonnes volontés.

Pour moi c’est un roman presque convenu sur un sujet que Rufin maîtrise parfaitement, en tant qu’un des pionniers des « french doctors » et de la cause humanitaire. Occasion pour lui de glisser dans le récit, digne d’un scénario de film d’aventures (de série B), des réflexions sur le rôle des humanitaires, leurs moyens d’action (vêtements ou armes?) sur les lieux de conflits ainsi que sur l’attitude de l’homme face à l’absurdité d’événements qui échappent à sa maîtrise.

Lu après les livres de la liste du prix « Livre Inter » – ce roman était pour moi d’une pâleur et pauvreté stylistique qui m’a dérouté (« littérature populaire » ?). Je suis conscient d’être très (trop) sévère,mais  : « Elle le regardait en souriant. Il plongea ses yeux dans les siens. Pour la première fois, elle avait la certitude qu’il la voyait. Et qu’il mesurait de quoi son amour était capable » (P. 366) – et les centaines de blogueur qui parlent bien du livre me font douter ou me dire que j’ai peut-être raté quelque chose…..

C’est un livre qu’on peut emmener à la plage, qui avance avec ses soubresauts et petites poussées d’adrénaline, qui nous décrit une situation de guerre sans en faire trop (mais c’est Jean Rolin avec « Les évènements » qui a mon avis a beaucoup mieux décrit, dans une langue plus percutante (et/ou admirable), l’ambiance électrique aux check-ponts ….)

Le roman va certainement marcher comme du tonnerre, mais je ne l’offrirai à personne autour de moi (contrairement à un livre comme « Jacob; Jacob » p.ex. ).

PS Le seul livre que j’avais vraiment aimé de lui c’est « L’abysssin » et assez aimé « Katiba »

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Check-point

  1. Plutôt côté Harlequin côté sentiments 😊

    J’aime

  2. lorenztradfin dit :

    Ma compagne a toutefois aimé le livre – après un passage « à vide » pendant la première moitié du livre, quand tout se met en place… Elle n’a plus laissé le livre tomber des mains pendant le dernier tiers….

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s