American Sniper

« American Sniper »

268627.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Clint Eastwoodien sans excès (sauf pour son « Bridges of Madison County » pour moi le summum des films d’amour) – je me suis assis dans une salle obscure après une journée traductante harassante (séance à 22h) pour me faire mon idée à moi de ce film qui semble faire un carton aux States (mais aussi en France  : 1,1 mio entrées en 1ère semaine).

Les 2h 15 sont passées facilement/rapidement, mais je n’étais que rarement touché, pris par le film. Quand je pense à un sujet voisin (« Démineurs » K. Byglow) je ne peux m’empêcher de penser C. Eastwood, malgré quelques apartés et glissements bien sentis n’a pas tout à fait le film à sa hauteur (même si selon les dires son scénario est meilleur que le livre biographique du sniper) .

De facture classique comme quasiment tous ses films nous regardons l’histoire – autobiographique limite hagiographique – d’un mec texan  joué par Bradley Cooper (très bien)

530490.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx  249104.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

qui dès sa + tendre enfance a appris à utiliser un fusil…. (c’est son père qui lui apprend à tirer   et lui inculque quelques « règles de base » comme quoi p.ex. le monde est reparti en trois catégories (les loups, les brebis et les chiens de berger).

Sa copine s’envoie en l’air avec qqn quand il est en vadrouille, ça le met en rogne, mais « heureusement » un peu plus tard il y a  9/11 attaque qui le convainc de se mettre au service de son pays, devenir un SEALS (ahhh, jamais un metteur en scène égalera S. Kubrick pour l’entrainement des futurs soldats…). Il deviendra Sniper…. et entrera dans les annales sur divers théâtres de guerre des US en abattant  plus de 160 personnes (dangereuses bien entendu).

Pendant son entrainement il rencontrera une femme qui lui dit que les Navy SEALs sont « des abrutis arrogants, égocentriques qui pensent pouvoir mentir et tromper et faire tout ce qu’ils veulent. Je ne sortirais jamais avec un SEAL. Et il rétorque : Pourquoi dis-tu que je suis égocentrique? Je donnerais ma vie pour mon pays». Il va l’épouser avant de partir au front.

Le film ensuit se déroulera en 4 chapitres – les 4 missions en Afghanistan et en Iraq, nous montre ses faits d’armes, l’accompagne lors de ses retours au pays et près de sa tendre (qui la moitié du temps se plaint de ses absences auxquelles il ne peut rétorquer par du mutisme et sa phrase qu’il doit y retourner pour éviter que ces sauvages s’attaquent à son pays (à elle et à lui).

234280.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Très forte tension dans la 4e mission. De plus quelques scènes qui évoquent la difficulté de (re-)trouver une vie normale auprès des siens après les délires de la guerre….Après les « traumatismes » de sa 4e mission il se décide de ne plus retourner au front, mais regrette de ne pas avoir pu protéger plus de gens, notamment parmi les soldats sous ses ordres….

524396.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Film a tonalité mysogyne (elle ne font que se plaindre ou s’envoyer en l’air) avec des accès d’un nationalisme limite écœurant (disons de propagande de l’armée américaine – sans jamais se poser de questions ou de critiquer la présence des américains dans ces pays en guerre).

Propagandenazi

Donc film de genre plutôt bien foutu mais manquant terriblement soit de punch dans les scènes d’action soit de critique (ahh quand je pense à la critique évidente de la guerre et ses conséquences sur les hommes/femmes dans « Deer Hinter » de Cimino…. Eastwood y va avec des pincettes ou en somnabule…)

Critique résumé & « analyse » du film :

http://www.les-crises.fr/american-sniper-tuer-des-bougnoules-pour-jesus-par-chris-hedges/

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour American Sniper

  1. Jacques Aimard dit :

    Allons droit au but, le conseilles tu à tes amis?
    La bise
    jacques

    J'aime

  2. lorenztradfin dit :

    Ahhh Jacques – je trouve qu’on peut s’en passer, mais si tu t’ennuies…… ou si tu veux te changer d’idées….. cela se laisse bien regarder. C’est de la belle ouvrage mais pas un must – pour moi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s