Le chapeau de Mitterrand

Laurain_1-2_Snapseed

Drôle de PAL (pile à lire) : Enchâssé entre le dernier Goncourt (« Pas pleurer » – critique de cette excursion espagnolisante à suivre), « Mémé » (le mélancolico-poétique récit de P. Torreton – critique à suivre) voici un moment fantaisiste et « feel good – read » grâce au savoir-faire toute en légèreté de Antoine Laurain (dont j’ai lu il y a quelques semaines le formidable « La femme au carnet rouge« ….    https://lorenztradfin.wordpress.com/2014/11/04/laure-laurent-ou-la-femme-au-carnet-rouge/ ).

Ce petit livre de 191 pages en poche – j’ai lu – Prix Relay des voyageurs 2012 & Prix littéraire Landerneau – est une fiction réjouissante qui nous emmène au voyage d’un chapeau. Scénaristiquement, le roman s’apparente pour moi à 4 petites nouvelles reliées par le chapeau « magicien » de Mitterrand qui passe d’une personne à l’autre et change la vie des protagonistes … « scénario » qui passe tellement gentiment et légèrement que la TV ne pouvait l’ignorer (à Lyon se tournait en août/septembre une adaptation de ce roman par Robin Davis) – je ne pense pas le regarder craignant que cette plume légère deviendra un marteau d’images lourdes.

Il y a d’abord Daniel Mercier (Frédérique Diefenthal) qui va dîner dans un restaurant à côté de la table de Mitterrand. Ce dernier oubliera son feutre noir. Daniel M. va s’en emparer (frauduleusement – en tant que souvenir talismanique) et recevoir une dynamique nouvelle dans sa vie professionnelle …. Toutefois, il va le perdre ce chapeau de son côté – il sera retrouvé par une jeune femme (Fanny Marquant/Frédérique Bel) qui puisera grâce au couvre-chef une force insoupçonnée pour changer de cap dans sa vie intime…. Ensuite le feutre passera dans les mains d’un « nez » (Pierre Aslan/Roland Giraud) qui lui aussi va expérimenter un renouveau. Un certain Bernard Lavallière (Michel Leeb), habitant de la haute du 16e de Paris, va récupérer le chapeau pour  virer sa cutie (au niveau politique). A la fin le chapeau retrouvera son « maître » initial…..non sans surprendre le lecteur…. (toutefois un épilogue un peu « lourd »)

chapeau-mitterand-dantoine-laurain-L-iuRRMH

C’est agréable à lire, léger, avec une imagination jamais bridée. Antoine Laurain serait capable de faire vivre et danser un annuaire de téléphone. Ça coule, fait rire, sourire surtout et suit une logique loufoque imparable.

Décidément un auteur sympathique (ou tout le monde est gentil…., mais quel plaisir de plonger dans ces fantaisies sans accrocs quand la journée durant on nous parle de N.S., des djihadistes, le proche orient en guerre….)…).

Drôle de nostalgie aussi : les réminiscences de ce livre écrit/publié en 2012 : les Mourousi, Canal+ et autres faits saillants des « eighties », dont M. Drucker, Pivot, Séguéla, Minitel  ….

Ce livre ne laissera pas de trace indélébile dans la géographie littéraire mais se déguste comme un Lynch-Bages 2000, avec un plaisir non-feinte et finalement plus profond qu’on ne le pense au premier abord, puisqu’il dévoile une fable sur l’existence, nos attachements aux choses (de la vie) et tout bêtement la volonté.

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le chapeau de Mitterrand

  1. Lecture sympa, agréable et c’est déjà pas mal ! Je suis d’accord.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s