un, deux, trois coeurs

Dans ma série du « soutien au cinéma français » je suis allé voir « 3 cœurs » de Benoît Jacquot.

012839_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Quoi dire sur ce film déroutant, qui sans cette flopée d’acteurs (LA Gainsbourg, La Mastroianni, LA Deneuve et last, but not least Poelvoorde dans un registre surprenant) aurait été un peu indigeste, malgré une fluidité d’images. Heureusement aussi j’ai un côté fleur-bleue romantico et ai pu adhérer et croire en l’histoire même si elle semble tellement tirée par les cheveux crépus :

Un inspecteur de finances (Pellevoorde – loin donc des stéréotypes du tombeur…. Mais connaitra-t-on jamais ce qui fait craquer les femmes?), perdu suite au ratage d’un train dans une ville de province (Valence?), va tomber raide d’amour d’une fille un peu paumée et irritée devant le choix qu’elle doit faire entre aller ou pas aux States avec son mec qu’elle n’aime point…, ils vont juste déambuler toute la nuit, se promettre de se voir (en oubliant de se donner leur n° de mobil (!) à Paris, lui ratera ce rdv pour cause d’une crise cardiaque, la pleurera un moment, elle part aux States (avec son mec), lui retourne dans la même ville – boulot oblige – et tombera sur une autre femme – devinez : c’est la sœur de l’autre… et tombera amoureux, l’épousera , aura un enfant d’elle – et un jour l’autre, celle du rdv raté, celle qu’il n’a jamais oublié, sans avoir fait l’amour avec elle, arrive… Tatata-taaaa…!

532966_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je ne vous dis pas la suite, ce n’est pas fini…. Laissez-moi juste vous dire qu’il y a là une fin (40 secondes?…) qui m’a paru évidente et qui jette – à mon avis – une lumière toute crû et surprenante sur toute l’histoire – toutefois cette interprétation n’a pas été partagée par la tablée au restaurant après.

Pour moi – tout ce qui arrive à notre pauvre héro n’est qu’un mauvais rêve (d’acc je suis romantique)… pour les autres (2 femmes) : la fin soulignerai juste en contrepoint ce que Monsieur aura raté.

Roman photo dans lequel on ne sait jamais exactement ce qui se passera dans la prochaine scène (même si les choix scénaristiques possibles sont balisés par des centaines de pages des Musso et autres Harlekin) – mais ou le spectateur a toujours un km d’avance sur le héro. La musique vise le thriller et rend palpitant un simple regard de travers (donc légèrement too much), les actrices sont sublimes (le sourire lumineux de Chiara Mastroianni…..!)… Somme toute, un film agréable si on aime ce type de cinéma. Une amie s’est ennuyée ferme (elle n’aime pas le jeu monocorde de la Gainsbourg). Mais vraiment pas le grand cinéma qui renouvellerai le genre (nos amis outre-Atlantique peuvent nous pondre quand-même de meilleurs tire-larmes…. (quand je pense à Bridges of Madison…. )… et qui sera rapidement oublié…

539636_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour un, deux, trois coeurs

  1. dasola dit :

    Bonjour, que je me suis ennuyée à ce film et Gainsbourg n’est vraiment pas une grande actrice: elle est monolithique. Très évitable. Bonne journée.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s