Le Signal – The Signal

Eté pourrie au Lac du Bourget – donc échappée dans les pages de Ron Carlson, qui m’emmène vers un mois de septembre dans les montagnes du Wyoming. 

Mack – séparé de sa femme Vonnie – va une dernière fois partir camper (et pêcher) avec son ex (qui a refait sa vie avec un autre), pour se dire « adieu ». Rien ne se passera comme initialement prévu. 

Traduit de l’américain par Sophie Aslanides édité par la maison Gallmeister ((Collection Nature Writing)) c’est une oeuvre un peu déroutante dans la construction, amis attachante.

signal-01

Au sein des six chapitres (jour 1 à jour 6) bcp de descriptions de la beauté de la nature (en effet on a envie de s’y perdre dans ces forêts et rochers et lacs – à la rencontre d’ours, de cerfs et de truites immenses) et une multitude de retours en arrière pour retracer l’histoire de Vonnie et Mack, la descente aux enfers de celui-ci, sa « résurrection », « flashbacks » qui viennent un peu sans crier gare, au détour d’une phrase… ce qui m’a parfois surpris.

L’adieu retrouvaillesque des deux campeurs/pêcheurs est rendu plus rocambolesque par une intrigue secondaire – Mack doit retrouver une balise (émettant un signal GPS) disparue avec un avion (une épingle dans une bote de foin)…. Il y a des méchants, un showdown…. 

Je suis un peu resté sur ma faim : Le NYT avait écrit « Une élégie à un mariage brisé et un roman au suspense à couper le souffle » (4e de couv’) ….  Je suis moyennement convaincu. Je n’ai pas senti le suspense… contrairement à Télérama (et ses 3T)

Critique Telerama

Toutefois je reconnais que la traduction est réussie et que certaines passages m’ont « transportés ».

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Signal – The Signal

  1. je n’ai pas accroché non plus à cet auteur, plus à cause du sujet, et de la façon de le traiter, ça ne m’a pas emballée. Restent les descriptions de la nature, éclatantes. Et Sophie Aslanides est une formidable traductrice, et également une femme très sympa ( j’ai discuté à trois occasions avec elle. tu sais que ce job de traducteur me fascine, moi…tu as déjà traduit de la littérature ? )

    J'aime

    • lorenztradfin dit :

      Littérature? Non, pas vraiment. J’ai juste eu l’occasion de traduire des textes pour des catalogues d’expositions…. Il est difficile de ne vivre que de la traduction littéraire (souvent une longue traversée du désert avant de percer).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s