L’euphorie et l’amertume

paulina-garcia-film-gloria-sebastin-lelio

Gloria – film chilien de Sébastien Lelio. Portrait de femme (l’actrice exceptionnelle Paulina Garcia a reçu au festival de Berlin l’Ours d’argent pour son interprétation d’une femme dans la cinquantaine finissante, divorcée et chantant un hymne à la vie, à la liberté individuelle).

260x365_1386694035

Formidable début du film (1h50) constitué de scènes de la vie quotidienne, d’une normalité qui se transforme en symboles. Mère et amante Paulina G. (dans la vie actrice de TV, dramaturge et metteuse en scène) est – semble-til devenu une icone au Chili . Dans un entretien dans les Cahiers du Cinema S. Leilo évoque volontiers Cassavetes et son film « Gloria » (avec Gena Rowlands), mais aussi sa mère à lui….

3774_Pel__02Des2_ 1380879105_0

Après l’exposition et les premières deux séparations de Gloria et son amant (il est également divorcé mais n’arrive pas à refaire sa vie et de se défaire des liens avec sa famille), le film devient à mon avis un (tout petit) peu long par moment – mais quel plaisir de regarder cette actrice regarder, sourire, pleurer et/ou chanter. Il y a une force, un dynamique dans cette femme qui force le respect – et donne espoir.

Et les photos glanées sur le net le montrent bien : cette femme, qui fait parfois bien ses 58 ans, qui se recompose un sourire radieux tous les matins, cette femme qui est parfois terrassée par la solitude et l’amertume, cette femme arrive toujours se remettre dans la peau d’une jeune fille, séductrice, pleine de vie et d’entrain, jeune, de toute façon beaucoup plus jeune que son amant.

Ce n’est pas facile de vivre le dernier tiers  de sa vie (parfois le dernier quart seulement) – d’où cette formidable idée de montrer Gloria vers la fin du film dans un attroupement de gens regardant une danse d’une marionnette-squelette (danse sur le volcan?), elle se baisse pour regarder dans les orbites de ce tas d’os qui bougent, se lève et on la revoit peu après – dans la dernière scène – dansant, d’abord hésitante pour se libérer de plus en plus, bien dans son corps, en harmonie avec elle et communiquant son envie de faire la nique à la mort.

Ce n’est pas un grand film (je dirais plutôt un très beau film populaire et consensuel), mais sans aucun doute une très très grande femme…. qui donne la pèche (pour la semaine qui s’annonce – et au-delà).

http://www.critikat.com/actualite-cine/critique/gloria-7194.html

Belle bande-son de chansons kitsch populaire (https://www.youtube.com/watch?v=dB4L8N25pEo – « Libre » ou aussi https://www.youtube.com/watch?v=1JcZ9bHXJ9Q    – Tonto

Ainsi que la version espagnol de la chanson « Gloria » Umberto Tozzi   http://youtu.be/KI22PLA5PqI

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’euphorie et l’amertume

  1. Belle leçon de vie !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s