Les revenants fantômes

Ah, notre cher Henrik I…..tourmenté à souhait.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Revenants_(pi%C3%A8ce_de_th%C3%A9%C3%A2tre)

Soirée théâtre à Grenoble (MC2) après une journée, que dis-je, une semaine, de dur labeur. Mise en scène du metteur en scène allemand Thomas Ostermeier, un des plus grands des années 90…. Et c’est toujours un évènement quoi qu’en disent les critiques germano-praticiens (la pièce a été tièdement accueillie en 2013 – après avoir fait un scandale en 1881).

C’est l’histoire d’un retour. Contre toute attente, Osvald, artiste encore jeune à qui le succès a souri, fils prodigue qui s’était pourtant émancipé du giron familial, revient s’installer chez sa mère, veuve isolée dans la campagne. Ce retour va en déclencher une série d’autres : retour des souvenirs enfouis qui en viennent à miner le présent ; retour des valeurs anciennes – la famille et la religion – auxquelles les personnages vont devoir se confronter. (MC2)

 LesRevenants-g

« Contemporanisation » du texte (la traduction – Olivier Cadiot – rend le texte quasiment « intemporel »), gommage de certains aspects (la « syphilis » du texte d’origine devient « simplement » une maladie qui ramollit la tête….. et décors qui rendent impossible de situer le déroulement dans une époque précise…   Projections de vidéos, plateau circulaire, musique …. silences/poses figées – sur un plateau en rotation (tel un caroussel) … pour renforcer l’impact.

Dans la pièce « Nora », la femme quitte époux et enfants pour prendre sa vie en main, la mère (Mme Alving) des « Revenants » (les fantômes en allemand – Gespenster), elle, avait dans le temps les conseils du pasteur restant docilement aux côtés de son mari « pourri »… Le prix qu’elle a payé est lourd : c’est Osvald, son fils, qui pâtira des conséquences d’un secret de famille bien enfoui….Sommes-nous libres ou ne sommes-nous que la synthèse de ceux qui nous ont précédés ?

agenda_chateauvallon_les_revenants_4

Belle floppée d’acteurs : Valérie Dréville (la mère), Jean-Pierre Gros (M. Engstrand) , François Loriquet (Pastor Manders), Mélodie Richard (Régine – la bonne) et Matthieu Sampeur (Osvald) – toutefois des amis étaient au 20e rang et avaient du mal à suivre les dialogues…

Valérie Dréville est touchante quand s’exprime toute sa détresse d’épouse (désormais veuve) qui n’a que des devoirs quand l’homme jouit de toutes les libertés. Plus tard, c’est le trop-plein d’amour (montré par Ostermeier sous une lumière incestueuse) pour son enfant qui domine et transpire de toutes ses pores. Lui donnera-t-elle la mort ? Le tableau final – encore sur le plateau tournant…une pietà…. le fils dans les bras de la mère, buste dénudé…. Mère louve, mère courage. Mater dolorosa. Mère tout court

http://www.franceinter.fr/emission-downtown-les-revenants-au-theatre-de-nanterre

Nous étions 6 – le verdict autour d’une bière : belle soirée, mise en scène impeccable, acteur formidables….

http://www.lesouffleur.net/5341/les-revenants/

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s