de guerre comme à la guerre

Bataille religion

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Si%C3%A8ge_de_Malte

Le siège de Malte de 1565 est évoqué dans plusieurs œuvres modernes de fiction, comme dans le roman historique « La Réligion » (The Religion, 2006) de Tim Willocks, qui raconte l’histoire de ce siège à travers les yeux d’un mercenaire de fiction, Mattias Tannhäuser.

Et c’est justement ce roman (950 pages) que je viens de terminer.

C’est rare que je lis des romans historiques, mais quand un auteur me plait ou intrigue, je dévore une grande partie de son œuvre pour m’en faire une idée plus complète.

Là, je n’étais pas entièrement convaincu. On sent que Willock a potassé ses sources en profondeur. Il prend le matériau des historiens et philosophes du temps et tisse avec ça une saga dense rajoutant des personnages fictifs (ici l’ancien janissaire Matthias Tannhäuser, tiraillé entre deux belles femmes mélo d’amours peu chastes (Carla La Penautier et Amparo) et confronté à Ludovico un jésuite manipulateur de première….. Leurs destins individuels se croisent devant la toile de fonds qu’est le siège (en matière de cruautés et de sacrifice d’Hommes et/ou pertes de vie rien ne nous est épargné).

Le pouvoir d’évocation est si grand que j’ai revu dans ma tête des peintures tels que celles de chez Breughel ou de Ucello (La bataille de San Romano)   – merci à Benjamin Legrand qui a eu le plaisir (?) de traduire cette somme).

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

bataille-ucello

Toutefois qu’est-ce que c’est long. Parfois des dialogues « explicatives », empêtrés dans des discours lourds, des descriptions beaucoup trop détaillées….(on perd le fil, et ne sent plus – pour ainsi dire – l’odeur de la bataille). Par ailleurs, la véritable question de l’affrontement des religions musulmans et chrétiens (les musulmans se trouvant vraiment – comme à Vienne – devant les portes de l’occident) n’est pas vraiment traité. Donc pas convaincant et à mon avis juste à recommander à des lecteurs qui veulent prendre un bain dans une mare de sang de bruit et de fureur avec quelques éclats d’un amour naissant entre deux beaux personnages.

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour de guerre comme à la guerre

  1. Ping : La mort selon Turner | Coquecigrues et ima-nu-ages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s