10080 minutes …..

Je pense que c’est le dernier Deon Meyer que je lis…..

ob_f0fa5da9a0ed60db589c9ad7b3fbaba3_meyer-2013-as

« 7 jours » m’a paru durer 7 semaines….pourtant les 474 pages aérées se feuilletent rapidement. (traduit par Estelle Roudet http://www.lechoixdeslibraires.com/traducteur-76226-estelle-roudet-.htm )

Structure d’enquête plutôt classique centrée sur Benny Griessel, alcoolique souffrant de l’abstinence et amoureux d’une autre alcoolique…(« attention, Benny, ça ne fait pas encore un an que tu es sobre. Un couple d’alcooliques….ça multiplie le risqué par deux. – p. 52) . Le roman se traine longtemps avant de ronronner en cahotant et toussant….pourtant le point de depart aurait pu déclencher une montée d’adrénaline (un sniper abat  – un à un – des policiers pour exercer de la pression et forcer la main aux pouvoirs publics à reprendre une enquête – politico-financière – sur le point de s’enliser et de la mener à terme) – toutefois comme souvent, un pitch tout seul n’embarque pas toujours un lecteur sur un voyage trépidant.

On aurait pu s’attendre – comme dans les premiers romans de Meyer – à des apartés colorés sur l’Afrique du Sud, où le roman est situé géographiquement, mais l’arrière plan est presque entièrement délavé des couleurs arc-en-ciel, sauf pour les termes sud-africain qui jalonnent l’oeuvre (beau glossaire en fin de livre – p.ex. « Befok, Bergie, Jissie, fokken/ fokkol… »)

Je n’ai pas (plus) adheré aux larmoyantes apitoiements de  Benny Griessel – déjà rencontré dans d’autres romans de Meyer – qui n’arrive pas à se défaire de son complexe d’infériorité (« mais il avait déjà la frousse, une vague terreur, non un presentiment qu’il risquait tout foutre en l’air. Sa faute. Uniquement sa faute. Putain. (p.21)) , de sa  résistance aux changements (notamment technologiques – genre e-mail, FB etc….. »…parce que je suis nul comme enquêteur. Je ne sais plus interpreter les reactions des gens. ..Mon fils veut se faire tatouer « Parow Arrow » sur le bras et je n’ai aucun moyen de l’en empêcher, parce que j’ai besoin qu’il me donne des leçons sur les bornes Wi-Fi et Twitter et Facebook et les modems cellulaires, afin que je ne me ridiculise pas avaantage…. » (p. 474) .)…..

Qu’on compare cette écriture « à la va-vite » avec celle d’un polar de Pierre Lemaitre (« Travail soigné », « Alex » – fiche de lectures en préparation) et on voit le gouffre…..

Pour compenser un peu ma deception voice une critique qui lui veut du bien….

http://action-suspense.over-blog.com/deon-meyer-7-jours-%C3%89d.seuil-2013

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 10080 minutes …..

  1. Ping : Oh, quelle inextricable toile nous tissons…. | Coquecigrues et ima-nu-ages

  2. Ping : Vrille arrière : le plongeon | Coquecigrues et ima-nu-ages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s