« Ghost of a flea » – des minutes comme des cérises mortes

Hah, je vous ai eu….

…..puisque je n’ai pas lu en anglais (VO) le livre de James Sallis ainsi titré. Submergé par une vague de traductions  j’ai préferé me « reposer » en français.

9782070442195FS

Toutefois, « La bête à bon dieu » (c’est le titre en français), la dernière aventure de Lew Griffin, le détective (noir), poète, écrivain, professeur à l’université, était plus difficile que les autres romans de Sallis (tel que « Bois mort », « Drive », « Cripple Creek », « Papillon de nuit » ou « L’oeil du croquet) »….. Son truc à lui c’est l’ellipse, et l’ambiance. Une technique ou approche d’écriture que j’aime en temps ordinaire (je déteste quand un auteur m’assène des…puisque t’as peut-être pas compris, je te le redirai autrement…). Sallis préfère les blancs entre les mots….

Ce n’est pas non plus le travail des traducteurs (ils ont dû se mettre à deux – vivent les recherches!)   – Stephanie Estournet et Sean Seago – qui m’ont empêché de vraiment « prendre mon pied ».

C’est vrai, dans ce dernier volet des aventures de Lew Griffin, quasiment crépusculaire, Sallis nous oblige advantage encore que dans d’autres opus de remplir nous même des trous dans le récit.

En 2006 Le Figaro avait écrit : « On sent que l’œuvre de Sallis est celle d’un lettré, reposant sur une vaste culture littéraire, musicale, cinématographique. Il a été comparé à Poe et à Dostoïevski, à Greene et à Le Carré. Les plus rétifs lui reprochent d’être un «writer’s writer», un écrivain s’adressant à ses pairs. » – et c’est particulièrement vrai dans ce roman noir-noir.

Deborah, la « femme » de Lew s’investit totalement dans un projet théâtral (la mise en scène d’une pièce de Aristophane: Les Guêpes ) et s’évanouit de la vie de  Lewis qui plonge dans les traumatismes de son passé (sa fille, l’absence de son fils…., le monde qui fout le camp, la violence….) et « enquête pour tenter de comprendre son présent, son peu d’avenir et
son propre passé, en chasser les fantômes » (4e de couv’)

« Goutte après goutte au fond du Coeur, la douleur de la douleur remémorée nous revient. La mémoire vous plaque au sol tandis que le regret et le chagrin vous tabassent à mort. Des minutes comme des cérises mûres, tombent de mes flancs » (p. 286)

http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/05/29/james-sallis-le-bluesman-du-polar_3420363_3260.html

Pour être franc, ce n’était pas la lecture que je cherchais pour m’oxygener la tête remplie de « critères qualitatifs » et « profils de poste » à traduire pour une institution bancaire …. Malgré une plume exigeante, stimulante (et bien traduite, je le redis)…ce livre noir et acerbe et son récit slalomant m’a finalement paru trop cérebrale pour une fois (par ailleurs le lecteur (un peu) familier de son oeuvre se voit titiller particulièrement par l’introduction d’un twist, d’une voix de procuration qui chamboule l’ensemble de la construction « biographique » des aventures de Lew)…..J’en dis pas plus….

« L’imagination n’est pas un Etat, elle est l’Existence Humaine même » (p. 287) – une citation parmi d’autres qui jalonnent le récit (celle-ci est de W. Blake….)

Je pense donc que je vais devoir l’oublier un peu ce livre et le reprendre un jour pour  mieux saisir les fils de la biographie (reelle, fantasmée, réecrite??) de Lew Griffin et de profiter pleinement de la noirceur de son regard sur l’humanité….. voir aussi cet extrait, quasiment sorti au hasard….

 

« ….Dehors le riche piaillement des oiseaux comme en quête de nouvelles des tropiques si tôt et soudainement disparus. L’un d’entre eux avait surement entendu parler de quelque chose. Tel un naufrageur fatigue, je me suis mis sur le côté, effleurant la surface du jour. Terre derrière, terre devant. Toutes deux hors de vue. Tant de ma vie perdu, parti si vite. Mes parents……. » (p. 143)

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s