Sweet tooth – gourmandise ou pas?

sweettooth

Petite déception avec le dernier livre du grand Ian McEwan (après « Solar ») « Sweet Tooth » (traduction en français certainement en cours…)

« My name is Serena Frome (rhymes with plume) and almost forty years ago I was sent on a secret mission for the British security service. I didn’t return safely. »

Un roman futé écrit par un auteur en phase nonchalant qui se place avec cette première phrase de son opus – un peu à part dans son œuvre, je trouve – à côté de Graham Green et  John Le Carré, avec un petit zeste de Ian Fleming (sans l’action pétadarante). Nous sommes dans les années ’70, guerre froide…. Mais, la suite ne sera pas exactement comme je le pensais. Une jeune femme – Serena – fille d’un archevèque – sera, après une courte affaire avec un homme plus agé qu’elle, embauché par les Services Secrets de sa Majesté.

Elle lit beaucoup, elle les dévore meme les livres « Reading was my way of not thinking. . .. I didn’t bother much with themes or felicitous phrases and skipped fine descriptions of weather, landscapes and interiors. I wanted characters I could believe in…. »  et se trouvera propulsé d’un statut de simple dactylo en « agent » dans le cadre d’une mission (secrete) au nom de « Sweet Tooth » (c.à.d. chapeauter, sponsoriser à travers une  Fondation  (presque bidon) un jeune auteur promettant pour faire influencer le public lecteur à travers ses écrits – dans le genre du cas similaire de  Georges Orwell, dont « La ferme des animaux », écrit en 1944 a été refusé par 4 éditeurs, et est sorti ensuite comme une charge contre l’Urss grâce aux capitaux, paraît-il, des services secrets…. à l’aube de la guerre froide).

Machination un brin tortueuse et traitrise donc (…le jeune auteur, Tom Hailey,  va reveler des tendances trop pro-communistes, elle ne lui dira pas d’ou elle vient , sera accuse par son employeur, …….) harlekin aussi, puisqu’elle va tomber amoureuse d’abord des écrits et ensuite de l’homme….

Comme dans « Atonement » ce sont les liens entre imaginaire et réel qui intéressent particulièrement Ian McEwan. Il y a – une fois n’est pas coutume – pas mal de sexe dans ces pages…et une fin, un twist (un peu gros quand-même, mais jouissif) – comme dans Atonement –  qui incitera à relire les pages pour démeler fiction et réalité, de voir ou le lecteur a été berné la première fois….

Toutefois , moi je n’aurai pas envie de le relire….Les résumés des nouvelles/short-stories de son cher auteur chapeauté-surveillé qui jalonnent la 2e moitié du livre – et qui y sont commentés – (selon le NY, ces nouvelles peuvent être reconnues comme les trames d’oeuvres de l’alter ego: Ian McEwan écrits dans les années 70) étaient pour moi des freins immenses  à la lecture….(je me sentais comme un waggon décroché du train…)

Toutefois je dois avouer que j’ai pris un immense plaisir à lire la prose de la première moitié du livre, époustouflante, ironique, quasi joyeuse…d’une intelligence rare.

http://www.ianmcewan.com/bib/books/sweettooth.html

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s