Betty Sévère

« La fiction éclaire comme une torche […] La fiction ment […] Je suis romancier,  je mens comme un meurtrier. Je ne respecte ni vivants, ni morts, ni leur réputation, ni la morale. Surtout pas la morale » (pages 7-8).

Ahh ….ce Regis Jauffrey – toujours entre réalité et fiction, à la recherche des zones d’ombre qui les bordent!

En 2005, le meurtre du banquier Edouard Stern par sa maîtresse, Cécile Brossard, a noirci les Unes de la presse et fait lècher les babines des journaux TV. Régis Jauffret a pu assister au procès (pour le Nouvel Observateur). Il y puise la matière pour un roman sorti en 2010 – et choisi « au hasard » à la bibliothèque de Grenoble –  dans une écriture sans jugement, limpide, juste, précise (journalistique)  avec parfois des excursions métaphoriques comme il sait en faire – je frissonne encore en pensant à son « Claustria ».

Oui, finalement, c’est ce que j’apprecie dans son écriture: il a une écriture au scalpel et ne juge personne. Ni la meurtrière, ni les activités sadomaso, la richesse, les écarts de la loi des puissants, la vie des « autres », des « pauvres » qui grignotent ce qui tombe de l’assiette…

Somme tout un petit livre qui se lit rapidement (160 petites pages), mais qui ne m’a pas laissé une impression aussi forte que « Claustria ».

Quelques phrases « soulignées » et sorties de leur contexte…et elles (ré-)sonnent :

« Nous avons connu le goût sucré de la routine rassurante de la vie de couple dont rêvent les amants lassés des rendez-vous furtifs et des nuits écourtées » (page 32).

« Les histoires d’amour obéissent à des lois inconnues du reste de l’univers » (page 45).

« Les évènements flottaient dans le plus grand désordre, comme la cargaison d’une goélette coulée par des pirates » (page 153).

Ou pour illustrer le style sec et court qu’il peut utiliser parfois:

« Il bandait. Il a déplié un lit de camp. De ceux où les soldats dorment à la guerre. Il l’a installé au milieu de la pièce. Nous avons fait l’amour. Entouré d’armes, il était tendre. On aurait dit qu’elles veillaient sur lui. Il m’a prise. J’ai joui. « p.67)

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s