Laurence anyways

Formidable film malgré sa longueur (2h40) et ses redites inévitables. Farpaitement perturbant, avec un culot sans limites Xavier Dolan (jeune metteur en scène canacien – 23 ans!! ) nous embarque dans une histoire qui n’aurait pas déplue à Almodovar (un homme qui se sent femme, qui veut devenir femme maisqui veut rester avec la femme qu’il aime et qui l’aime).

Pour moi, moins un film sur la transsexualité, mais plus un beau parcours de la difficulté de choisir et vivre sa vie. Comment vivre en couple, sans (se) résigner aux compromissions, en restant soi-même.

Dix années en 2h40, avec quelques affeteries voisinant le kitsch, parfois des envolées trop clean (une magnifique soirée VIP digne d’une pub de parfum), une musique omniprésente et collant parfaitement au propos (Beethoven avoisine le disco et un de de mes slow les plus déchirant de Craig Armstrong de l’album « The space beetween us:  Let’s go out tonighthttp://www.youtube.com/watch?v=osP05cpJKNM )

Tout cela porté d’une énérgie communicative, des idées de mise en images surprenantes et réjouissantes (ce formidable moment de la cascade d’eau qui se deverse sur la belle Fred, assise sur le lit et lisant « submergé d’émotions » les poèmes de Laurence (duquel elle s’est séparée –  ce nom est masc./feminin au Canada), les diverses pluies (de vêtements, de danse de feuilles mortes, de gouttes….) joyeuses et/ou tristes, une scène culotté d’explosion de fureur dans un restaurant…..Dolan nous promène parfois dans des des scènes bien banales qui d’un coup se transforment, deviennent profondes, basculent dans l’onirique….

Les acteurs sont magnifiques, en première ligne l’excellente Suzanne Clément (Fred) – avec une présence inouïe, changeant, un cou de rêve, un visage de cinéma pour des nuits blanches…et Melvil Poupaud, qui selon ce que j’a pu glaner par-ci, par-là n’était que le 2e choix du metteur en scène (il auvait concu le film pour Lois Garrel) …quel courage de nous porter au ciel d’un bonheur teinté de pessimisme.

Un film comme on n’en voit pas tous les jours, mais qui aura certainement bien des détracteurs.

http://cinema.nouvelobs.com/articles/19671-portrait-suzanne-clement-ou-le-vrai-choc-de-laurence-anyways

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Laurence anyways

  1. Ping : Chateau italien |

  2. Ping : Mommy | Coquecigrues et ima-nu-ages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s