La nuit de Delphine

Prix des lectrices de « ELLE » et de la « FNAC » ainsi que Prix Renaudot des Lycéens… J’étais au sec lecturier et me suis laissé tenter par « Rien ne s’oppose à la nuit » de Delphine Le Vigan.

« Je sais que des grands écrivains bien plus doués que moi ont écrit sur le deuil mais je vais quand même faire mon truc à moi parce que j’en ai envie.... »  (Mais oui, il y a p.ex. Carrère, Ernaux, Blondel, Cohen…).

Après une bonne moitié du livre pleine d’anecdotes sur la « mythologie familiale » d’une tribu particulièrement frappée par une série de morts enfantiles et de (tentatives de) suicides, un grand-père pas très net, Delphine LV s’attache à sa mère  (tout sur ma mère) et décrit sa descente en enfer, sa renaissance, son cancer…

Le livre se lit facilement, j’ai parfois lu juste en diagionale…et dois dire que contrairement à A. et C. p.ex. (qui ont bcp aimé – et jusqu’aux larmes) et bon nombre d’autres lectrices (une multitude phénomenale de louanges dans les blogs de femmes), je n’ai été rarement touché, bouleversé – quelques passages oui : l’obstination/l’acharnement de l’auteure de/à remuer l’eau trouble de l’histoire familiale, ses hésitations dans l’écriture ou de la mise en mots des récits des différents membres de la famille….oui, quelques passages m’ont interpellé.

Mais finalement je n’étais pas convaincu du talent de D. LV. qui n’hésite par ailleurs pas de parler de son compagnon (au moment de l’écriture du roman) comme « l’homme que j’aime » et d’un autre comme « le père de mes enfants » – je pense qu’il y a de meilleures périphrases ….(c’est vrai aussi que ces 2 là n’étaient pas le sujet du livre)

Pour relativiser – Une bonne critique – et des voix de lecteurs /-trices (très) ému(e)s

http://www.blog-laprocure.com/chroniques-de-nos-libraires/delphine-de-vigan-rien-ne-oppose-a-la-nuit/

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La nuit de Delphine

  1. Yv dit :

    J’ai bien aimé moi -pas jusqu’aux larmes, ben, non, je suis un grand garçon- mais quand même. Ce qui me plait c’est toutes les interrogations de l’auteure quant à sa légitimité à écrire sur Lucille, par rapport aux autres membres de sa famille et l’histoire de cette femme. Je reconnais cependant que le livre peut être un peu long et que j’ai été surpris également par les périphrases que tu cites concernant les hommes de sa vie (pas mal dans le genre celle-ci aussi ?). Je ne savais d’ailleurs as lors de ma lecture que « l’homme que j’aime » était si connu !

    J'aime

    • lorenztradfin dit :

      Moi non-plus , je n’étais pas au courant (et pour être franc, je m’en balance) …c’est finalement « la mère de mes enfants » qui m’avait donné cette info sur la renommée de cet « homme de sa vie » – et ensuite il y avait les vaguelettes du conflit d’intérêt bien intéressé….

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s