Combien temps nous reste-t-il?

Le temps qui reste (cela vous ne rappelle pas un film de F. Ozon?) – dirons donc plutôt "The time that remains" – le dernier opus de Elia Suleiman. Le film est un fresque sur 40 années de l’histoire de la Palestine, en deux parties – mode scenettes, petits sketchs. On passe du sourire (la scène de l’affiche) à l’émotion (la mère sur le balcon, perdue du monde – ses pieds bougeant au rythme d’une danse), parfois de l’incompréhension de certaines images (symboles, les scènes de l’hôpital), parfois lourd -(=facile – le canon du tank israélien qui poursuit un homme qui téléphone)….

Je suis finalement moins enthousiaste que certains critiques – et ai préféré largement la partie "nostalgique" et plus rythmée, même si je ne puis pas négliger l’intensité de cet auteur-acteur.

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article a été publié dans Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s