Into the wild of Paris

Un
week-end – deux films !

Je
tiens bon avec ma devise de ne pas travailler « les
dimanches » !

 « Into
the wild »

 Un
très grand film !  Mais pas reposant du
tout.

Finalement
ce n’est pas un film qui fait l’apologie de la Nature (comme je le pensais au
début), mais plutôt un film qui montre la nature dans sa belle immensité et
vivacité …dans lesquelles se nichent également l’effroi, l’hostilité. Un
jeune homme (nous avons dû penser à nos enfants) en quête de soi, pas tout à
fait replié sur soi-même,  qui finalement fait pleines des rencontres (y’en a deux
dont j’aurais pu me passer dans ce récit – pour ceux qui ont vu le film: les
danois et la jeune fille de 18,17 – 16 ans).

 L’isolement
devient "solitude" et débouche sur un "Il n’y a de bonheur que
partagé", pensée éclaire avant la fin inéluctable.

Déjà
nos enfants sont sortis du film touchés, …moi-même j’ai versé qqs larmes,
malgré moi… (le père (W. Hurt) assis en pleine rue , la musique…montage parallèle, la mise en
scène, le jeu (et la transformation) des acteurs parfait.

En
effet, on ne sort pas indemne de ce film, 
et on se repose pour qqs heures de nouveau les éternelles
questions : "Qu’est-ce qu’on fait de notre vie? Sommes nous capables de la
vêtir de valeurs qui offrent du sens à nos choix?" avant de retomber dans la chasse aux "choses", à la consommation, à a compétition et aux mensonges…

 
"Paris"

 Klapisch
de nouveau avec un film choral qui saisit l’air du temps.

Un
peu portraitiste de la Capitale (donc légèrement nostalgique pour nous, les
ex-parisiens), Klapisch suit des hommes et des femmes en une sorte de mosaïque.
Comme toujours dans ce genre « d’exercice » il y en a des intrigues plus
ou moins passionnantes avec des personnages plus ou moins sacrifiés rapidement
(Viard, Cluzet).

Mais
tout reste anecdotique, souvent d »jà vu, et surtout sans véritable à
propos.

 

A propos lorenztradfin

Translator of french and english financial texts into german
Cet article a été publié dans Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Into the wild of Paris

  1. Nath dit :

    Je tiens bon avec ma devise de ne pas travailler « les dimanches » !
    Ta devise, faut pas pousser. Ta bonne résolution oui, mais pour une devise c\’est un peu récent comme décision !  C\’est bien de tenir en tout cas. Nous ça a été escalade à Vizille dimanche, photos sur mon blog sous peu.
     
    Le Klapisch me tentait moyennent, tes commentaires me confortent dans mon idée. On a bien fait d\’aller voir les Ch\’ti.
     
    Bises
     
     
     

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s